Une ville dans la ville

Publié le 26 Septembre 2013 à 14:59

Véritable ville dans la ville, la base navale rassemble dans son enceinte les industriels de défense et accueille les quelque 2 500 entreprises qui travaillent au maintien en condition opérationnelle de la flotte, dont 70 % se trouve dans la rade de Toulon. Des bâtiments militaires qu’il convient d’accueillir dans les meilleures conditions, de protéger et de sécuriser.

Accueillir les futurs bâtiments

« L’accueil des FREMM sur l’îlot Castigneau a généré un chantier titanesque. La première étape consiste en une extraction des sédiments sous-marins sur une profondeur de 1 à 2 mètres pour permettre aux navires à fort tirant d’eau d’accéder aux quais en toute sécurité. Il faut ensuite procéder au dragage de ces sédiments (6 500m3 de boues sous-marines), à leur stockage, leur assèchement et leur retraitement en décharge spécialisée. Ces travaux sont confiés à des sociétés privées sous notre maitrise d’ouvrage. Vient ensuite le temps de l’installation des lignes  d’accostage pour accueillir les FREMM à l’horizon 2015 ». Ingénieur en chef de 1ère classe Alain Froment, directeur des opérations de l’établissement du service d’infrastructures de la défense (ESID).

Protéger contre les pollutions

« Parmi nos fonctions de soutien maritime, nous assurons une mission de protection et de sauvegarde de l’environnement. En cas de sinistre, nous mettons à disposition de la préfecture maritime ou de la base navale des moyens de lutte contre les pollutions maritimes et portuaires et des équipes d’évaluation et d’intervention (EEI). Le SMP est également chargé de la surveillance des bâtiments retirés du service actif avant leur démantèlement ». CF Serge Coulin, commandant le Service des moyens portuaires (SMP)

En chiffres : Sur les douze derniers mois : 19 interventions de récupération d’hydrocarbures. 260 opérations de mise en place de barrage côtier de prévention. Astreinte 24 heures sur 24, 365 jours par an pour les équipes EEI et ANTIPOL.

Analyser l'environnement

« Le LASEM est un pôle scientifique et technique au sein du port militaire de Toulon. Il comprend un laboratoire de Chimie analytique, un laboratoire de surveillance radiologique et un service de surveillance radiologique. Nous apportons aux autorités maritimes, aux bateaux et unités à terre un concours scientifique et technique par des analyses et expertises réglementaires ou opérationnelles ». Pharmacien en chef Marie-Françoise Cordat, chef du Laboratoire d’analyse de surveillance et d’expertise de la Marine.

En chiffres : En 2012, la trentaine de scientifiques, ingénieurs et techniciens du LASEM Toulon a traité près de 12 000 échantillons (amiante, nucléaires, eaux, gaz, produits inconnus...).

Sécuriser et entraîner les marins

« La compagnie est répartie sur deux sites : La caserne opérationnelle et le Centre de Formation Pratique et d’Entraînement à la Sécurité (CFPES). Nous assurons des missions de sécurité des personnes et des biens, des missions de protection de l’environnement au sein de la base navale et la formation des marins - civils et militaires - dans le domaine de l’aguerrissement au feu, de la maîtrise des techniques de sécurité et du domaine nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique ». LV Bruno Lefeuvre, commandant la Compagnie de marins pompiers de Toulon

En chiffres : 70 marins pompiers – 35 engins terrestres et trois moyens nautiques – 2 160 sorties en 2012 (dont 36 incendies et 582 secours à victimes) – 12 200 stagiaires formés au CFPES.

Assurer la protection du site et de ses approches

« Quotidiennement, 23 fusiliers marins de la compagnie du port du GFM Toulon sont déployés sur l’emprise terrestre et maritime de la base navale de Toulon. Elle est classée « Installation prioritaire de défense », et fait à ce titre l’objet d’une permanence opérationnelle 365 jours par an et 24 heures sur 24. Les fusiliers marins préservent l’intégrité des composants névralgiques de la base et mettent fin à toute menace pesant sur les hommes,les infrastructures et les moyens. Ils assurent régulièrement l’escorte d’unités précieuses lors de leur transit dans la rade de Toulon ». LV Alain Auger, commandant en second du Groupement des fusiliers marins de Toulon

Assurer la police militaire et la sureté du plan d'eau

« Sur la base navale, la compagnie remplit les missions générales de la Gendarmerie : police routière, judiciaire, administrative et militaire. Le peloton de surveillance de zones protégés (PSZP) assure de son côté le filtrage des accès aux zones protégées : porte-avions, sous-marins nucléaires d’attaque. Il assure la police militaire du plan d’eau et sa sécurisation : escortes des bâtiments précieux, patrouilles de surveillance, veille au respect des arrêtés du préfet maritime et des protocoles avec la préfecture terrestre... Le peloton de surveillance d'intervention et de renfort (PSIR) est quant à lui axé sur la police judiciaire (enquêtes), la police de la route et laissez-passer et l'ordre public, comme par exemple les manifestations syndicales ou les visites officielles ». CEN François Lepeu, commandant la compagnie des gendarmes maritimes de Toulon.

Santé

« Nous mettons en œuvre le parcours de soins des militaires d’active et de réserve, comme des civils de la défense, tout au long de leur affectation à Toulon. Ceci comprend les soins et les aptitudes. En outre, nous apportons notre expertise pour la prévention des accidents et l’hygiène de la chaîne alimentaire. En collaboration avec les différentes autorités, nous participons aux missions search and rescue (SAR) et prenons part à la sûreté nucléaire. Ce soutien est assuré part plusieurs acteurs : le centre médical des armées de Toulon (CMA), les « chefferies » santé des forces maritimes et l’Hôpital interarmées de Sainte Anne ». Médecin chef Didier Rivière, commandant du centre médical des armées de Toulon.

En chiffres : Deux sites pour la base navale : Site de Toulon et ses 3 antennes médicales (Malbousquet, Castigneau et Sainte-Anne) et site de Saint-Mandrier avec 2 antennes médicales (Centre d’Instruction Naval, Ecole de plongée). Une antenne vétérinaire, un centre médical de prévention des armées. 108 personnels (19 médecins, 40 infirmiers dont 8 déployés en OPEX), plus de 25 000 consultations. 

 

Suite du dossier:

Soutien opérationnel et port de projection

Interview du CV Alain Payement, Commandant de la Base Navale de Toulon

Un soutien spécifique

Une ville dans la ville

Portrait du PM Estelle Proteau pilote de port

Vidéos

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 4.7 (3 votes)
Envoyer