Mission Jeanne d’Arc 2015 : Exercice de visite pour le Dixmude et l’Aconit dans le golfe du Bengale

Publié le 22 Avril 2015 à 11:27

Il est 14h05, dans le golfe du Bengale. Le BPC Dixmude croise un cargo Ankor Vat suspecté de trafic d’armes. Aussitôt l’alerte est donnée, l’équipage du BPC se prépare à l’action. L’exercice de visite avec la FLF Aconit, alias Angkor Vat, est lancé. Il est conduit par les officiers-élèves de la promotion 2012 de l’École navale.

De la passerelle, l’équipe de la cellule info-crise entre en contact avec le navire suspect. Un officier lance la procédure : « identifiez-vous ! », « stoppez les machines ». L’ennemi ne répond pas. Il tente de prendre la fuite. Le Dixmude le prend en chasse tout en poursuivant ses avertissements. En quelques minutes, le cargo est rattrapé. À l’ordre du commandant, un premier tir de semonce est effectué sur l’avant du cargo. Pas d’obtempération, puis des tirs d’arrêt de plus en plus près. Toujours rien. Le troisième finit de persuader les contrevenants. Ils stoppent les machines.

À ce moment, deux zodiacs surgissent. À leur bord, une vingtaine d’hommes de la Brigade de Protection, se tiennent prêts depuis le lancement de l’opération. Leur mission est d’effectuer une visite de l’Angkor Vat. Ils sont divisés en trois équipes, une de commandement, une d’investigation (vérification du bateau) et une de protection (sécurisation). Les deux embarcations se placent en tenaille sur l’arrière du trafiquant.

Au signal du Dixmude, une des deux embarcations file sur le travers tribord du cargo. Un des marins vérifie l’échelle de cordes permettant à son groupe de monter. En quelques minutes, l’équipe de commandement arrive en passerelle et trouve le capitaine. Ils obtiennent toutes les informations relatives au cargo et à l’équipage. Au même moment, l’équipe de protection a investi le hangar aviation où étaient regroupés les marins du bord et sécurise la zone. L’équipe d’investigation, quant à elle, procède à l’inspection. Ils trouvent des armes.

Pour les trois groupes, la mission est accomplie. Il est temps de retourner à bord pour conduire un débriefing et tirer tous les enseignements de cette journée.

 

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer