Sorties Belem : Moments forts pour chaque mousse à bord

Publié le 10 Novembre 2014 à 16:04

Fin octobre 2014, le temps sur les côtes bretonnes est à l’image du caractère de ses habitants changeant. D’un ciel gris venteux et froid qui rend la mer mauvaise et les estomacs fragiles, la mer  d’Iroise et la Mor-Bihan savent tout autant offrir plein soleil et bon vent pour une traversée plus douce.

Nos mousses, désormais témoins du fait de naviguer en cette période dans le nord du golfe de Gascogne, nous l’ont tous affirmé : « ça bouge ». Et c’est exactement ce que nous souhaitons au CIN ; que ces moments leur permettent de passer de la théorie des salles de cours à la pratique sur l’eau. Sur l’eau, en mer, et pas sur n’importe quel bâtiment puisque le Belem est  le dernier grand voilier français du XIXème siècle encore en mesure de naviguer.

Construit à Nantes en 1896, le Trois-mâts aura traversé trois siècles d’embruns.  C’est tout aussi fort que le plus jeune de nos pompons rouges a plus de cent ans d’écart avec ses boiseries !
D’abord navire de commerce, puis yacht de plaisance britannique, il servit un temps de navire-école pour les cadets italiens avant de rebattre pavillon français.

Belle école de la mer où l’on voit jour après jour certains jeunes barrer, essayer de comprendre les cartes marines avec les chefs de quart ou encore descendre en salle des machines pour sentir les entrailles de la bête.

Cet embarquement, d’une durée de trois jours, constitue un des premiers temps fort de la scolarité des mousses, et restera sans nul doute l’une des expériences les plus marquantes de leur année de formation.

Aussi utiles que magiques, ces sorties à bord du Belem permettent  aux jeunes d’apprivoiser d’ores et déjà la vie embarquée. Merci à notre fidèle partenaire Mme. Meyer qui permet aux mousses de vivre ces moments de grâce et de goûter au sel marin.

 

Source : EV1 Christophe Goasglas
Crédits : A. Monot – Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer