La formation continue - L’ADN DE LA MARINE

Publié le 25 Septembre 2014 à 15:12

Former et se former afin d’être apte à l’engagement opérationnel. Pour la Marine, il s’agit de disposer d’un large spectre de compétences : 29 métiers de base, 140 filières spécialisées et 40 filières d’expertise de haut niveau. © Marine nationale

PARCOURS DE CARRIÈRE

Un marin se forme tout au long de sa carrière via une alternance de cours, de stages et de formation pratique en unité. Autant d’étapes significatives permettant aux Quartiers-maîtres et matelot de la Flotte (QMF), à un officier marinier ou à un officier de la Marine de progresser dans sa carrière et en grade. Les officiers mariniers et officiers mariniers supérieurs peuvent accéder aux corps d’officiers par sélection ou concours. Explications.

› accès au cours du BAT : Formation Initiale Équipage (FIE) et Formation Élémentaire Métier (FEM) en poche et après deux à six ans d’affectation, un QMF peut accéder au cours de Brevet d’Aptitude Technique (BAT). Cette formation de spécialité de premier niveau conduit à des emplois d’opérateurs confirmés, correspondant aux premiers grades d’officiers mariniers. Le BAT accueille également les quartiers-maîtres maistranciers sortant de l’école de maistrance.

› accès au cours du BS : BAT en poche et après quelques années d’affectation, un officier marinier peut accéder au cours du Brevet Supérieur (BS). Cette formation professionnelle ouvre l'accès à des postes de techniciens supérieurs dans les domaines de la mise en œuvre et de la maintenance. Les BS sont capables d'encadrer une équipe, de conduire la formation du personnel et de seconder efficacement leurs supérieurs dans les chaînes organiques et fonctionnelles.

› accès au BM Dans la plupart des filières, les officiers mariniers peuvent accéder au Brevet de Maîtrise (BM) par des voies qualifiantes (= expérience) et/ou diplômantes (= formation de type CSUP, certificats…). Le BM permet d’exercer des emplois de technicien expert ou des emplois à responsabilité organique importante de chef de secteur ou maître adjoint sur un bâtiment ou adjoint à un officier en état-major.

› STAGES En complément à ces cours, des stages sont suivis tout au long de la carrière. Les stages de qualification (SQ) délivrent un certificat, les stages d’adaptation à l’emploi (SAE) délivrent une mention. Le SQ est un stage qui oriente la carrière au-delà d'une unique affectation et constitue un approfondissement majeur de compétences, dans un domaine spécifique. Le SAE quant à lui est un stage court visant à apporter aux marins le complément de connaissances jugé nécessaire pour lui permettre d'assurer ses fonctions dans un emploi ciblé.

› accès aux corps d’officier : les officiers mariniers peuvent accéder aux emplois d’officiers après avoir été sélectionnés ou reçus au concours de l’EMF, ou comme OSC. Ils suivent alors une formation d’officier à l’Ecole navale, puis une formation de spécialité.

Un officier alterne lui aussi affectations dans les forces et périodes de formation. Il est en outre susceptible d’exercer un ou plusieurs commandements au cours de cette période. Au grade de lieutenant de vaisseau (LV), il peut se spécialiser à l’Ecole des Systèmes de Combat et Armes Navales (ESCAN) au CIN Saint-Mandrier. A 6 ans de grade de LV, il peut présenter le concours d’admission à l’Ecole de guerre. À la clef ? La possibilité d’assumer des postes à responsabilités, de commandement ou de direction au sein de la Marine ainsi que dans les organismes et les états-majors interarmées ou interalliés. Ultérieurement, certains officiers suivent un enseignement militaire supérieur de 3ème degré (Centre des hautes études militaires (CHEM), Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN), Collège de défense de l’OTAN) dans la perspective d’accéder aux postes à très hautes responsabilités.

FOI D’INSTRUCTEURS

Dans la Marine, il n’y a pas de spécialité d’instructeur. Recrutés au sein même des forces, les instructeurs en école ont vocation à y retourner et à y retrouver ainsi les élèves formés. Une boucle vertueuse.

Dès leur arrivée en école, ils suivent un stage « animateur concepteur », formation pédagogique ayant pour objectif de leur fournir les outils et méthodes pédagogiques nécessaires à la préparation, à la conduite et à l’évaluation de séances de formation.

Trouver les mots adéquats, s'adapter au niveau des élèves, s'approprier la sémantique pédagogique, anticiper et répondre aux besoins des adultes en formation, autant de données qui s'acquièrent progressivement, au fil des heures passées en salle de cours, au contact des élèves.

Eléments moteurs répartis dans des groupements d’instruction, les instructeurs délivrent des cours théoriques mais favorisent, dès que possible, les mises en situation pratiques inspirées d’activités qu'ils ont vécues afin d’assurer un apprentissage en lien étroit avec le futur emploi des élèves.

À travers l’échange d’expériences professionnelles et le contact régulier avec les élèves, ils participent de manière active à la régénération des compétences afin d'assurer la continuité des missions des unités.

LE CONTINUUM FORMATION / ENTRAINEMENT

« Tous les ans, le CIN de Saint-Mandrier organise les stages d’officier de lutte de force navale dans les domaines antiaériens et anti sous-marins. Comportant peu de théorie et beaucoup de travaux encadrés pour élaborer les manœuvres, ces stages s’adressent à des officiers déjà expérimentés. Objectif ? Acquérir une vision précise des moyens de lutte que les officiers auront à conduire d’une manière coordonnée. Cette formation s’effectue en anglais, car ces stages accueillent désormais des officiers britanniques, mais aussi parce que la fluidité du langage est un atout dans l’action et pour travailler au sein d’une coalition. Quant à la mise en pratique, elle intervient lors d’exercices majeurs de la Force d’Action Navale. C’est la division entraînement qui propose alors l’attribution des qualifications. Cette continuité formation/entraînement permet de faire acquérir une expertise dans la direction d’une force navale.

CF Sébastien Chatelain, directeur du cours des officiers

Vos réactions: 
Moyenne: 4.3 (10 votes)
Envoyer