HISTOIRE La mémoire de nos pairs

Publié le 21 Mai 2014 à 11:21

© Marine nationale

18 juin 1940. Depuis Londres retentit l’appel du général de Gaulle. A peine un mois plus tard, les forces navales françaises libres (FNFL) constituent le 1er bataillon des fusiliers marins (BFM) qui s’illustrera à Dakar puis à Bir Hakeim. Janvier 1942, un dénommé Philippe Kieffer reçoit l’autorisation de former des commandos français, tandis que les Royal Marines britanniques mettent sur pied leurs unités de commandos. En avril, 16 premiers volontaires français suivent une formation à Camberley et un stage chez les Royal Marines à Eastney avant de participer au stage commando d’Achnaccary pendant six semaines.

Quatorze d’entre eux participeront au Raid de Dieppe en août 1942. Mené principalement par des Canadiens, ce test des défenses allemandes se traduira malheureusement par un échec. La fin de l’année 1942 voit la création de la première compagnie des fusiliers marins commandos (CFMC) qui regroupe les brevetés commandos français, dont le commandement est confié à l’enseigne de vaisseau Philippe Kieffer. La compagnie va très vite s’étoffer.

Mai 1943, constitué en partie de marins du 2e BFM de retour du Levant et d’évadés de France, un groupe de soixante-quinze français libres réussit à passer les sélections à Eastbourne avant le départ le 29 mai pour le camp d’Achnacarry. Soixante-quatorze de ces français reviendront brevetés après un stage d’un mois. La 1ère CFMC se transforme alors en 1er bataillon des fusiliers marins commandos (BFMC). En fin d’année commencent pour les commandos français les premiers raids de sondage en France occupée. Lors de ces opérations spéciales, le capitaine Trépel et toute son équipe paient de leurs vies leur engagement pour la France libre. Des sacrifices qui ne seront d’autant moins vains que les vocations affluent. De nouveaux brevetés, un aumônier et une équipe médicale rejoignent les rangs en mars 1944, faisant acquérir au commando français la forme qu’il aura trois mois plus tard lors du débarquement de Normandie.

Le 6 juin 1944, c’est le « D-Day ». Parmi les 132.715 soldats alliés qui débarquent, on retrouve les 177 fusiliers marins commandos emmenés par Philippe Kieffer. Ils posent pied sur les plages normandes autour de Ouistreham et prennent part au combat tout comme des navires des forces navales françaises libres et les aéronefs des forces aériennes françaises libres. Nom de code ? « opération Overlord ». Objectif ? Conquérir une bande littorale protégée par des barbelés, des blockhaus, deux batteries de quatre canons, des mitrailleuses ou encore des lance-flammes. Partis à 4h30 et arrivés à 8 heures, les hommes de Kieffer voient une trentaine des leurs blessés, ou tués, à peine débarqués lors de l’assaut. En moins de deux heures, les commandos contrôlent le port de la ville, non sans avoir subi de lourdes pertes (environ 40%). Ouistreham est dorénavant un symbole de la France libre et également un symbole pour le monde des fusiliers marins et commandos.

Dans le sillage de Philippe Kieffer, près de 8 300 commandos ont été brevetés depuis sept décennies et le tout premier stage organisé par Philippe Kieffer, et à porter depuis le badge à la croix de Lorraine, au brick et à la dague et le célèbre béret vert incliné à l’anglaise, marques identitaires des commandos marine. « 8 300 héritiers qui ont suivi son exemple, porté ses valeurs au combat, pour la France, pour leurs anciens, pour leurs frères d’armes », a d’ailleurs récemment rappelé le vice-amiral d’escadre Christophe Prazuck, directeur du personnel militaire de la Marine et ancien commandant de la force des fusiliers marins et commandos de la Marine1. « Philippe Kieffer est et restera le père des commandos marine. Avec son nom, aujourd’hui porté par une unité des commandos marine2, vit l’esprit d’Achnacarry, un esprit affranchi. Un esprit qui anime chaque marin qui porte ou a porté le béret vert de Kieffer. Un esprit qui traverse le temps et les conflits, la modernité ».

1 Préface de l’ouvrage de Benjamin Massieu – Philippe Kieffer, chef des commandos de la France Libre chez Pierre de Taillac

2 2008 : création d’une sixième unité de commandos marine baptisée Kieffer.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (4 votes)
Envoyer