Mission Jeanne d'Arc : 50 volontaires du Mistral participent à une action civilo-militaire sur l’Ile de Gorée

Publié le 1 Avril 2014 à 10:53

Dimanche 23 et lundi 24 mars, à l’occasion de l’escale du groupe Jeanne d’Arc à Dakar, une cinquantaine de volontaires ont participé à une action civilo-militaire sur l’Ile de Gorée.

Sur cette île chargée d’histoire puisqu’elle fut l’un des ports d’embarquement des esclaves africains, marins et soldats de l’Armée de terre de la force de réaction embarquée du bâtiment de projection et de commandement Mistral, ont œuvré pendant deux jours. Ils ont remis en état le rez-de-chaussée de la mairie du village, lieu essentiel pour la vie des habitants de cette île située à quelques nautiques de Dakar. Au programme : ravalement des façades puis peinture. Les volontaires ont également rénové un monument édifié à la mémoire des médecins et des pharmaciens victimes de leur dévouement pendant l’épidémie de 1878. Les électriciens du Mistral l’ont doté d’un système d’éclairage.

Les enfants de Gorée ont suivi attentivement tous ces travaux, curieux et amusés de rencontrer des militaires français. Certains se sont même essayés à la peinture. Pour Momosolou (6 ans), Edouard (3 ans), Malal (11 ans), Augustin (8 ans), Clara (8 ans) ou Ibrahim (9 ans)… le meilleur moment de ces journées restera certainement la distribution de galettes bretonnes ! Nul doute qu’ils se souviendront aussi des jeux, des chants, et des quelques passes de football échangés avec les militaires français.

Cette action civilo-militaire a également marqué les volontaires mobilisés. « L’humanitaire fait aussi partie de notre métier de militaire. C’est une autre façon de représenter la France et la Marine française. » témoigne l’EV B., 22 ans, officier-élève. Pour le matelot N, 19 ans affecté à bord du Mistral comme matelot « opérations navales » et le 1ère classe N., 20 ans, du Régiment d’Infanterie des Chars de Marine (RICM), ce n’était pas la première expérience de ce type. « L’année dernière, pendant notre mission Corymbe, j’avais déjà participé à la reconstruction d’un orphelinat en Afrique. Cela m’avait plu. On ne vient pas juste pour se reposer et profiter du pays, on apporte quelque chose aux autres, on se sent utile. » explique le matelot N.,  « Avec tous les collègues de ma « chambre », on s’est dit qu’il fallait qu’on le fasse. On avait déjà participé à la rénovation d’une école au Tchad. Ça vient du cœur » précise le 1ère classe N. Le maître C., des Eléments Français au Sénégal (EFS) avait préparé le chantier en amont et a encadré les deux journées de travaux. « Ce qui a été réalisé est très important pour Gorée. C’est un beau geste de l’équipage du Mistral… le tout dans une excellente ambiance ! » conclut-il.

 

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale / SM Brébel Marie

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer