CORMORAN 21 - Le groupe naval aéromobile conduit son deuxième raid et démontre ses capacités.

Publié le 14 Octobre 2021 à 15:52

© EMA

Après d’intenses manœuvres maritimes, les deux porte-hélicoptères amphibies du groupe naval aéromobile ont projeté 16 hélicoptères de combat lors d’un deuxième raid de nuit le 10 au 11 octobre.

 

Après un premier raid, qui a permis de projeter à terre une trentaine de commandos du Groupement d’aide à l’engagement amphibie (GAEA), le Groupe naval aéromobile (GNAM) a conduit une importante manœuvre aéromaritime. Durant ces trois derniers jours, le Task group471.01 a fait face à des menaces sous-marines, de surface et aériennes grâce à l’action de ses escorteurs, les frégates ProvenceAuvergne et Forbin. La frégate Forbin a également réalisé une évacuation de ressortissants, avant de reprendre sa mission de protection rapprochée des deux porte-hélicoptères amphibies (PHA) Tonnerre et Mistral. 

La force a donc mené une manœuvre dite de déception, afin de leurrer l’ennemi sur ses intentions et de dissimuler le raid qu’elle s’apprêtait à conduire :

-          à terre, les commandos du GAEA renseignaient la force sur les positions ennemies, confirmaient les objectifs à détruire et relayaient les informations à un avion de patrouille maritime Atlantique 2 avant de préparer leur exfiltration de la zone des combats.

-          En fin d’après-midi, la frégate multi-missions Provence a détruit une cible militaire, fortement défendue, par des tirs de missiles de croisière naval, confortant ainsi la supériorité aéromaritime du GNAM.

Ainsi, dans la nuit, couverts par un appui feu naval, les deux PHA ont projeté 5 Tigre, 4 Caïman et 7 Gazelle avec pour mission de porter un coup d’arrêt brutal à l’adversaire et d’exfiltrer le GAEA.

Le réalisme du scénario, intégrant les spécificités de chaque armée, permet d’entrainer à opérer conjointement dans un contexte de haute intensité. Orchestrée par l’état-major du GNAM, la coordination des actions des unités vise à synchroniser les effets du groupe naval aéromobile, dans les différents milieux et les différents champs d’action. Au travers du GNAM, la France fait ainsi partie du cercle restreint des nations qui disposent d’une capacité opérationnelle, permettant d’agir dans un environnement littoral sous forte menace.

Sources : État-major des armées 
Droits : EMA

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer