Le Pacifique : un océan stratégique

Publié le 18 Février 2014 à 15:43

Depuis septembre 2012, le contre-amiral Anne Cullerre assume à la fois les responsabilités de commandant des zones maritimes de Polynésie française et de l’océan Pacifique1 et celles de commandant supérieur des Forces Armées de Polynésie Française (Com sup FAPF). Elle nous présente la zone Asie-Pacifique, ses enjeux ainsi que le rôle et les missions des forces armées pré positionnées dans cette région.

« La France est une nation du Pacifique. C’est la seule nation européenne à maintenir des forces militaires permanentes dans le Pacifique. Notre pays, membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations-Unies2, siège également à l’United Nations Command (UNC)3 en Corée et participe à de nombreux forums régionaux. D’un point de vue régional, la France est également une nation de « l’Océanie » et à ce titre joue un rôle majeur dans la contribution à la stabilité dans la zone aux côtés de ses grands alliés que sont l’Australie et la Nouvelle Zélande.

Le dispositif militaire français dans cette zone, le « théâtre » Pacifique, s’articule autour des Forces Armées de Polynésie Française (FAPF) et de celles de la Nouvelle-Calédonie (FANC), agissant en parfaite coordination. La France du Pacifique doit en effet être en mesure d’exercer son autorité, y compris sur ses terres les plus éloignées, d’assurer régionalement son rôle de nation riveraine, mais également d’intervenir en cas de catastrophes naturelles, de lutter contre les menace grandissantes des trafics, de la pêche illicite, de la piraterie ou de l’orpaillage illégal.

 

ATOUTS DE LA POLYNÉSIE

En tant que commandant Supérieur des Formes Armées de Polynésie Française (FAPF), j’ai autorité sur 1 300 militaires et civils stationnés à Papeete et dans tout l’archipel. Notre mission consiste à y maintenir la sécurité de nos compatriotes ainsi qu’à manifester et à garantir la souveraineté française sur les cinq archipels et une zone Économique Exclusive (ZEE) s’étendant sur près de 5 millions de km².

Cette ZEE offre, de surcroît, un atout de taille qui est d’être particulièrement riche en ressources halieutiques. Si ces ressources sont actuellement sous-exploitées pour des raisons structurelles et conjoncturelles par les pêcheurs polynésiens, elles ne manquent pas d’attirer des flottilles asiatiques présentes en nombre aux abords de notre ZEE et de celle des Pics4 avec lesquels nous sommes partenaires, et qui souvent ne disposent pas de moyens nautiques ou aériens de surveillance.

Si nous ne maintenons pas cette surveillance dans notre ZEE française et dans celles des Pics, ces ressources vont diminuer et ne profiteront pas aux intéressés. Quant aux fonds sous marins de la ZEE, les études menées par l’Ifremer5 ont révélé qu’ils recéleraient a priori de nombreuses ressources d’importance stratégique. Les campagnes n’ont cependant encore pas permis de mesurer, ni d’évaluer la totalité des ressources exploitables. Les réflexions portent dès lors sur un horizon plus lointain, de l’ordre de 20 à 30 ans, mais rapportés à l’échelle du temps, c’est déjà demain.

La ZEE de Polynésie Française est pour le moment protégée du pillage grâce à la présence des moyens aéronavals hauturiers. Quant aux autres menaces, comme la piraterie, l’immigration clandestine ou le narcotrafic, elles sont pour l’instant marginales. Ce qui ne nous empêche pas de nous pencher sur ces questions, en concertation avec les Etats partenaires et voisins.

 

ENJEUX & COOPÉRATIONS

L’océan Pacifique est au cœur d’enjeux économiques, géopolitiques et militaires forts. Commandant de la Zone de Responsabilité Permanente (ZRP) Asie-Pacifique, une zone de compétence s’étendant comme son nom l’indique à tout l’océan Pacifique et aux pays riverains6, je suis amenée à me déplacer dans toute la zone afin d’affermir nos relations avec l’ensemble des Etats qui le bordent. J’entretiens ainsi des relations étroites avec les Etats-Unis, notre grand partenaire dans cette zone. C’est par ailleurs en coordination avec le COMSUP des Forces Armées de Nouvelle-Calédonie (FANC), chargé des relations avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, que la France a toute sa place dans des partenariats qui permettent à ces quatre pays de mener des missions d’assistance et de coopération au profit des Pics. Nous entretenons également des liens étroits, dans le cadre plus large du soutien aux exportations, avec des pays asiatiques dont la Malaisie et Singapour ou encore le Chili. Ce pays a récemment fait l’acquisition de sous-marins de type Scorpène et du TCD Foudre.

Pendant longtemps, les nations du Pacifique se sont positionnées par rapport à la Chine ou aux Etats-Unis, les deux « poids lourds » de la région. Ce temps est révolu car nombre de nations prennent désormais d’autres options… Autant d’atouts et de perspectives pour la France !  »

L’Asie-Pacifique en CHIFFRES

  • 52 % de la surface de la terre
  • 3.43 milliards d’habitants vivent le long de ses rives, soit 60 % de la population mondiale,
  • 17 500 kilomètres, la largeur maximale de cette région du globe
  • 1/3, la part de ses états riverains dans le PIB mondial
  • Avec 70 % du trafic mondial, c’est le premier espace de transit au monde en flux de marchandise

 

Alpaci est aussi commandant de la Zone de Responsabilité Permanente (ZRP) Asie-Pacifique, une zone de compétence s’étendant à tout l’océan Pacifique et aux pays riverains. à l’exclusion de la ZRP de Nouvelle Calédonie et des iles mélanésiennes, ainsi que de l’Australie et de la Nouvelle Zélande, placées sous la responsabilité du COMSUP des Forces Armées de Nouvelle-Calédonie (FANC)

Alpaci est également le commandant du centre d’expérimentation du Pacifique (COMCEP). Son rôle consiste à assurer le soutien et la surveillance radiologique, biologique et géo-mécanique des anciens sites d'expérimentations nucléaires de Mururoa et de Fangataufa exploités par la Département de Suivi des Centres d'Expérimentations Nucléaires (DSCEN) et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

 

Bâtiment basé à Papeete (Tahiti), le Revi assure principalement des missions de service public, comme la police et surveillance des pêches, des missions de présence dans les archipels. Il sert aussi de bâtiment support de missions scientifiques (missions de prélèvement sur les anciens sites d'expérimentations nucléaires) ou de bâtiment de ravitaillement (dépôts à terre dans les archipels) et de transport de matériel (capacité d'emport de 6 conteneurs de 20 pieds). Enfin, le Revi peut effectuer des remorquages en haute mer.

 

La Polynésie Française se compose d’environ 118 îles, d’origines volcaniques ou coralliennes, couvrant une superficie émergée de 4 200 km2 (l’équivalent de la surface de l’Europe). La population polynésienne est de plus de 273 000 habitants (l’équivalent de la ville de Nantes).

 

Distance Papeete / Paris : 15 727 kilomètres

Distance Papeete / Sydney : 6 120 kilomètres

1 : À l’exclusion de la zone maritime de Nouvelle-Calédonie placée sous le commandement du CZM Nouvelle–Calédonie (Cf. carte Calédonie)
2 : Les 5 membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU sont présents dans le Pacifique
3: Structure de commandement unifiée des forces militaires des USA, complétées par des renforts alliés (Canada, Australie, France…), créée suite à la guerre des Corées, et qui continuent d’œuvrer en Corée du Sud.
4 Pacific Ismand Countries, pays insulaires du Pacifique tels que Cook, Tonga, Samoa…
5 Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer
6 À l’exclusion de la ZRP de Nouvelle Calédonie, des iles mélanésiennes, de l’Australie et de la Nouvelle Zélande du ressort du Comsup des FANC.

 

Source : Stéphane Dugast / Marine nationale
Droits : Stéphane Dugast / Marine nationale

 

Au sommaire de ce dossier:
 

  Pacifique, pas tant que ça!

  Éclairage d'ALPACI : Pacifique, un océan stratégique

  Nouvelle-Calédonie : signes particuliers

  Assitance humanitaire : Marara 2013

  Police des pêches : en flagrant délit

  Narcotrafic : coke en stock ?

  Sauvetage en mer : des anges gardiens

 

 

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer