Mission JEANNE D’ARC - Une plongée au cœur de l’opération ATALANTA

Publié le 22 Juin 2021 à 17:50

© EMA

Du 15 au 19 juin 2021, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre et la Frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf ont été intégrés à la Task force (TF) 465. Dirigés par la frégate italienne Carabiniere et accompagnés de la frégate espagnole Navarra, les deux bâtiments français ont navigué au large des côtes somaliennes afin de surveiller la zone et lutter contre les actes de piraterie.

 

Il est 7h30 lorsque la radio grésille. « Tango Oscar, this is Oscar Juliet, radiocheck, over. » « Oscar Juliet, this is Tango Oscar, loud and clear, over. » « Loud and clear, out. ».

Le COMCHECK terminé, chaque navire s’est ensuite mis en position pour débuter l’exercice de navigation coordonnée. Durant les quatre jours précédents, le PHA Tonnerre et la FLF Surcouf ont navigué au sud de la Corne de l’Afrique pendant que les autres bâtiments de la force surveillaient une zone plus au nord de leur position. À cette occasion, le groupe Jeanne d’Arc a ainsi mis ses moyens au service de la lutte contre la piraterie, avec notamment un vol de Surveillance maritime (SURMAR) effectué par l’hélicoptère Panther du détachement de la 36e Flottille.

Le 18 juin, les quatre navires se sont retrouvés pour naviguer en formation et renforcer leur interopérabilité lors de divers exercices. À ce titre, les bâtiments ont réalisé un exercice d’évolutions tactiques (EVOLEX), un prêt d’une plate-forme d’hélicoptère pour accueillir un autre hélicoptère que celui du bâtiment (CROSSDECK) ainsi qu’une Présentation de ravitaillement à la mer (PRERAM). Lors de cette journée de manœuvre, les différents bâtiments ont notamment été accompagnés de la frégate indienne Trikand, invitée à se joindre à eux.

Après un EVOLEX lors duquel le Tonnerre a été le bâtiment base, les navires se sont reconfigurés pour débuter la phase de CROSSDECK. Cet exercice aéronautique a notamment pour objectif d’entraîner les équipes de mise en œuvre aviation, depuis le central opérations jusqu’au pont d’envol, en passant par les passerelles de navigation et d’aviation. Dans ce cadre, les hélicoptères se sont alternativement posés sur le pont d’envol du PHA Tonnerre, comprenant l’Alouette III du Trikand, le Sea Hawk de la frégate espagnole Navarra et enfin le NH90 du Carabiniere. Après un décollage coordonné, les quatre aéronefs se sont retrouvés en vol pour deux passes en formation. L’après-midi a ensuite été rythmée par un second EVOLEX puis un exercice de PRERAM. À cette occasion, le Tonnerre a été ravitaillé par le Carabiniere et le Surcouf, qui travaillait également avec les frégates Navarra et Trikand.

Enfin, cette journée de coopération s’est achevée avec le traditionnel Farewell. “Your presence today in this exercise was a great value. I think this is the first time in the year that I have seen at sea so many ships able to do Atalanta formation.”, a souligné l’amiral commandant la TF 465. « Pour le Tonnerre et le Surcouf, c’est la fin d’un long déploiement qui nous a mené jusqu’en Indo-pacifique. » a également conclu le capitaine de vaisseau Arnaud Tranchant.

La mission Jeanne d’Arc 2021 est un déploiement opérationnel de longue durée d’un groupe amphibie articulé autour du PHA Tonnerre et de la FLF Surcouf. Outre leur activité de formation des officiers-élèves de la Marine, les deux bâtiments participeront tout au long de la mission à des exercices et des opérations interarmées et interalliés depuis la mer méditerranée jusqu’à l’Asie-Pacifique.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer