GGDM21 - Retour sur l’exercice ARTEMIS TRIDENT 21 aux côtés des marines britannique et américaine

Publié le 3 Mai 2021 à 17:06

© EMA

Du 18 au 29 avril, la nouvelle édition de l’exercice ARTEMIS TRIDENT s’est déroulée au large de Bahreïn. Cet exercice trilatéral confirme l’interopérabilité des forces maritimes française, britannique et américaine dans le domaine de la guerre des mines, d’autant plus que cette menace reste prégnante dans la région.

 

S’échelonnant sur onze jours, cet exercice a revêtu divers intérêts. Tout d’abord, parfaire l’interopérabilité entre le groupe de guerre des mines français et les unités de guerre des mines britanniques et américaines stationnées dans cette zone. De même, chaque unité a eu l’opportunité de perfectionner ses compétences tactiques, consolidant ainsi le partenariat des trois nations engagées. Enfin, cet exercice s’inscrit la volonté conjointe des nations alliées de garantir les libertés de navigation et d’échanges commerciaux dans la zone.

Lors de cet exercice, les forces françaises ont été représentées par les Chasseurs de mines tripartites (CMT) L’Aigle et le Céphée, ainsi qu’un détachement du Groupe de plongeurs démineurs (GPD).

Sous commandement tactique du CTF 52 (Combined Task Force) américain de guerre des mines, l’ensemble des unités a été réparti en quatre Task Groups (TG). Ainsi, le Céphée a rejoint le premier TG sous commandement britannique, puis le GPD a été intégré au second TG sous commandement américain. L’Aigle a été rattaché au troisième TG sous commandement français (FRMARFOR/N0B). Enfin, un quatrième Task Group, en suivant une spécificité américaine, a intégré les hélicoptères Sea Dragon remorquant des sonars.

L’exercice ARTEMIS TRIDENT constitue ainsi une occasion unique pour les forces en présence de mutualiser leurs capacités dans le domaine de la lutte contre les mines. Parallèlement, l’exercice a permis de renforcer la sécurité maritime dans la zone, tout en favorisant l’entraînement conjoint des opérations de plongée.

Cette nouvelle édition a démontré la pleine interopérabilité des trois nations, ainsi que le haut niveau de compétence des participants dans le domaine de la lutte contre les mines marines, dans une zone où une telle menace est bien réelle.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer