Reprise opérationnelle pour l’équipage B du PSP Flamant

Publié le 3 Mai 2021 à 16:11

© Marine nationale

Le 16 avril 2021, l’équipage B du Patrouilleur de service public (PSP) Flamant a repris la charge du bâtiment après 6 mois sans avoir navigué (période d’arrêt technique majeur puis période de préparation). Le 19 avril, l’équipage a retrouvé la mer et les automatismes de la vie embarquée, grâce à une multitude d’exercices : sécurité, avarie de barre, homme à la mer, tirs, etc.

 

Le 20 avril 2021, le PSP Flamant a débuté sa phase opérationnelle. Il était le bâtiment d’alerte pour l’action de l’Etat en mer sur la façade maritime Manche et mer du Nord. Une de ses missions : patrouiller dans le dispositif de séparation du trafic afin d’y assurer la sauvegarde de la vie humaine.

Le 21 avril 2021, le CROSS engage le patrouilleur de service public (PSP) Flamant  pour porter assistance à une embarcation en difficulté au large d’Hardelot (62). Arrivé sur zone, le Flamant confirme au CROSS la présence d'une embarcation en difficulté et prend en charge 25 naufragés (dont 5 femmes). Une personne secourue semble se trouver en état d'hypothermie. Le CROSS initie alors une conférence téléphonique avec le SAMU de coordination maritime médicale (SCMM) du Havre (76), et des soins à bord ainsi qu'une prise en charge médicalisée à quai sont préconisés. Le PSP Flamant  fait alors route vers Boulogne-sur-Mer (62) où il initie au mouillage le débarquement des naufragés pour une prise en charge rapide par les pompiers du service départemental d'incendie et secours (SDIS) 62 ainsi que la police aux frontières (PAF) 62. Le débarquement est interrompu car le Flamant est appelé à intervenir sur une autre opération de sauvetage prioritaire. Le CROSS Gris-Nez engage alors la vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) Scarpe de la gendarmerie maritime pour transborder les derniers naufragés du Flamant  vers Boulogne-sur-Mer. Les 25 naufragés sont tous pris en charge en début de matinée.

En parallèle, le sémaphore de Boulogne-sur-Mer (62) de la formation opérationnelle de surveillance et d'information territoriale (FOSIT) Manche et mer du Nord signale au CROSS qu'une embarcation se trouve en difficulté au large d'Ambleteuse (62). Le CROSS Gris-Nez engage alors le PSP Flamant qui récupère 28 naufragés (parmi lesquels 7 femmes dont 1 enceinte et 3 enfants) à son bord puis les dépose à Calais où ils sont pris en charge par le SDIS 62 et la PAF 62.

En l’espace d’une nuit, l’équipage B du PSP Flamant a secouru 53 personnes dont 3 enfants et une femmes enceinte. Ces opérations de sauvetage ont été menées dans une zone maritime reconnue pour la densité de son trafic et dans des conditions météorologiques particulièrement défavorables avec une visibilité inférieure à 30m. L’ensemble de l’équipage a travaillé de concert pour garantir le succès de ces opérations de sauvetage.

Le 24 avril, le Flamant est engagé par le CROSS Gris-Nez pour remorquer un voilier étant entré en collision avec un ferry au large de Calais. Une fois sur place, l’infirmier du Flamant apporte les premiers soins au plaisancier légèrement blessé. En parallèle, l’équipage du patrouilleur prend en remorque le voilier pour l’amener jusqu’au port de Calais. Le voilier et ses trois occupants sont remorqués jusqu’au port de Calais, sains et saufs.

Véritable autoroute de la mer, le dispositif de séparation du trafic (DST) de la Manche est l’un des plus emprunté au monde. Chaque jour de nombreux porte-conteneurs et autres cargos le suivent pour rallier les grands ports européens. La densité du trafic, la météo et l’état de mer rendent les opérations délicates. La bonne coordination des moyens sur zone est primordiale afin d’assurer le succès d’une intervention.

 

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer