Le déploiement du Beautemps-Beaupré en mer djiboutienne durant le mois de mars

Publié le 7 Avril 2021 à 14:15

© Marine nationale

Durant le mois de mars 2021, les Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) ont accueilli le Bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré de la Marine nationale.

 

Ce bâtiment militaire scientifique, opéré par le Shom (service hydrographique national) et équipé de capteurs très performants, a navigué dans les eaux djiboutiennes afin de mesurer et d’analyser les éléments physiques de la mer Rouge, du golfe de Tadjourah ainsi que des zones côtières. Eu égard aux ambitions portuaires de Djibouti, les autorités djiboutiennes se sont engagées à vérifier la navigabilité des accès maritimes à ses futurs ports, qui sont par ailleurs hautement stratégiques.

Dans le cadre d’un accord bilatéral entre Djibouti et la France, le BHO a ainsi effectué des levés hydrographiques afin de mesurer précisément les profondeurs et de connaître la nature des fonds marins devant Damerjog, Obock ou encore la pointe Oursin. Toutefois, la mission du Beautemps-Beaupré concourt surtout à la sécurité de la navigation dans la zone. Le commandant du bâtiment relève d’ailleurs que : « Le golfe de Tadjourah présente à certains endroits des caractéristiques proches de la mer Méditerranée : les fonds plongent parfois brutalement à proximité de la côte. » Armé de deux vedettes hydrographiques, le BHO dispose d’une grande mobilité, lui permettant de relever des indications sur les petits et les très petits fonds.

En parallèle, le bâtiment a localisé précisément l’épave de l’Engin de débarquement d’infanterie et de chars (EDIC) Dague que la Marine djiboutienne a océanisé.

Sur le plan militaire, le travail scientifique du BHO permet notamment une connaissance approfondie de l’environnement sous-marin, dont l’objectif principal est de faciliter les missions des bâtiments de la Marine française qui transitent chaque année par le détroit de Bab el Mandeb.

Les 1 450 militaires des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) sont implantés à Djibouti conformément au traité de coopération de défense signé en 2011 avec ce pays. La base opérationnelle avancée (BOA) qui les accueille, offre aux armées, à l’instar de la BOA de Côte d’Ivoire, des capacités diverses : véritable réservoir de forces, elle participe à la défense des intérêts français, au soutien logistique des opérations sur le continent, tout en contribuant aux actions de coopération militaire au profit notamment de plusieurs pays africains. Par ailleurs, les forces françaises stationnées à Djibouti soutiennent leurs partenaires de la communauté économique régionale de l’Afrique de l’Est en vue de consolider leurs capacités militaires, notamment dans le cadre de leur participation aux opérations de maintien de la paix.

 

 

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer