FAPF - Sauvetage de deux Polynésiens par l’Arago

Publié le 19 Février 2021 à 14:58

© EMA

Le jeudi 11 février 2021, alors que l’Arago était au mouillage en baie de Vaiare à Moorea après une journée d’entraînement, un homme en va’a (canoë) a alerté l’équipage en signalant le retournement de la pirogue de son frère et de son neveu à quelques centaines de mètres du bâtiment.

 

Les trois Polynésiens étaient partis pêcher, mais ils se sont fait surprendre par un grain, le vent fraîchissant de 10 à 35 nœuds et la mer se creusant. L’alarme a rapidement été donnée à bord et le compte-rendu effectué auprès du Joint Rescue Coordination Centre (JRCC) de Tahiti pour coordination de la mission de sauvetage. L’équipage a activé la couronne de veille, puis n’a pas tardé à repérer la pirogue retournée et les deux naufragés à ses côtés.

L’embarcation rapide de l’Arago a été mise à l’eau avec trois plongeurs qui ont secouru les deux Polynésiens, amarré la pirogue retournée à leur zodiac, et les ont ramenés à bord. Après un rapide bilan de santé, un repas chaud partagé et une inspection de la flottabilité de la pirogue, l’équipage de l’Arago les a reconduits à terre. Plus de peur que de mal pour ces trois pêcheurs !

La rapide remontée d’informations ainsi que le professionnalisme de l’équipage entraîné à ce type de manœuvre ont permis de porter secours aux deux hommes en moins d’une demi-heure.  La sauvegarde maritime fait partie intégrante des attributions de ce bâtiment régulièrement déployé dans les archipels polynésiens qui réalise des missions variées au service de la souveraineté territoriale, de l’action de l’État en mer (AEM) et des collectivités locales.

Les 900 militaires des forces armées en Polynésie française (FAPf) constituent un dispositif interarmées prépositionné à dominante marine, qui, avec les Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Asie Pacifique » et de positionner la France comme nation riveraine. Pouvant être renforcé ponctuellement par des éléments de métropole, il permet à la France d’intervenir en cas de catastrophe naturelle, de lutter contre les menaces grandissantes comme les trafics illégaux, d’affirmer son attachement au droit international et à la liberté de navigation, et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer