Mission Jeanne d’Arc - Entraînement conjoint entre le Tonnerre et le Surcouf

Publié le 5 Février 2021 à 13:05

© Marine nationale

Du 18 au 29 janvier 2021, le porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre a réalisé sa remise à niveau opérationnelle (RANO) en prévision de son déploiement en mission Jeanne d’Arc.

Si la première semaine se déroulait à quai avec une priorisation sur l’entraînement sécurité, la deuxième semaine, le Tonnerre a été rejoint en mer par la frégate type la Fayette (FLF) Surcouf afin de s’entraîner à naviguer en formation et à contrer ensemble les différentes menaces auxquelles le Task Group Jeanne d’Arc (TG JDA) pourrait être confronté au cours de la mission.

Dès le 25 janvier matin, , se sont succédés de façon progressive mais quasi ininterrompue des avaries de barre, des alertes missiles et mines, des attaques asymétriques, en passant par des exercices d’homme à la mer : la résilience, la ténacité et la capacité de progresser des deux cents marins qui composent l’équipage du PHA ont été bien éprouvées.

Le 28 janvier, le Surcouf rejoignait le Tonnerre au large des îles du Levant pour 36 heures de LIVEX. Ensemble, sous l’œil expert de la division « Entrainement » de la force d’action navale (FAN), les marins des deux unités ont tout mis en œuvre pour contrer les attaques maritimes et aériennes de groupes ennemis, scénarisées grâce à l’équipe d’entrainement du bord.

Le lendemain, la RANO se terminait par trois heures d’entrainement à la présentation au ravitaillement à la mer (RAM), le Tonnerre et le Surcouf jouant tour à tour le bâtiment ravitailleur ou le bâtiment ravitaillé. Un exercice technique que les futurs officiers élèves réaliseront régulièrement durant le prochain déploiement.

Dans quelques semaines, les deux navires mettront cap à l’Est pour entamer la mission qui conclut la formation des futurs officiers de la Marine nationale. Outre cet objectif d’enseignement, la mission Jeanne d’Arc ira, cinq mois durant, à la rencontre des marines partenaires de la France en océan Indien et dans le Pacifique pour mener une série d’exercices d’interopérabilité et des missions de présence et de surveillance.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer