La base aéronautique navale de Hyères en exercice d’attaque terroriste

Publié le 26 Janvier 2021 à 16:06

© Marine nationale

C’est au sein de la base aéronautique navale (BAN) d’Hyères qu’a eu lieu le 20 janvier 2021 l’exercice semestriel de défense- sécurité « Styx » en région toulonnaise.

Cet exercice majeur, piloté par la division « Défense-sécurité » de la préfecture maritime de la Méditerranée, sur des emprises marine différentes chaque année, permet de mettre en œuvre le Plan d’Urgence Sécurité-Défense (PUSP) tout en ayant des objectifs multiples.
Il s’agit en particulier de tester la coordination des moyens de conduite de l’intervention entre le centre de traitement de crise de la Marine Nationale et le centre opérationnel départemental de la Préfecture du Var, ainsi qu’entrainer l’ensemble des unités participantes et notamment les forces de sécurité intérieure qui sont sur le terrain.

Ainsi à 09h13, selon le scénario mis en œuvre, a été enclenché l’attaque de la BAN par quatre terroristes lourdement armés, forçant l’entrée de la base. La mise en alerte générale de la base, enclenchée via la sirène, a permis aux primo-intervenants de l’équipe de défense et d’interdiction maritime, ainsi qu’aux gendarmes maritimes du site d’enrayer la progression des terroristes, tandis qu’à l’extérieur du site une zone de protection était mise en place par la police nationale et la police municipale de la ville d’Hyères.

Cet exercice a ainsi permis, tout au long de la matinée, de tester l’efficacité de l’organisation « Défense-sécurité » de la BAN. Le commandant de la base a mis en œuvre un poste de commandement qui a dû coordonner sur le terrain l’ensemble des opérations, ainsi que les renforts tant médicaux que sécuritaires. La sécurisation du site par une EDIM de fusiliers marins et le PSMP Toulon, a pu permettre l’extraction des nombreux blessés par le groupe d’extraction des victimes des marins pompiers, leur prise en charge par les médecins du SAMU et parallèlement lancer les négociations menées par le groupe régional de négociateurs de la gendarmerie pour obtenir des terroristes la libération des otages.

La libération sans dommage des otages et l’éviction des terroristes, avant des actions de déminage sur l’ensemble de la zone impactée menées par le groupe de plongeurs démineurs et le groupe d’intervention déminage a pu se faire grâce à l’action coordonnée des fusiliers marins et du PSMP.

L’ensemble des observateurs présents a pu se rendre compte de la difficulté de mise en œuvre des procédures et en tirera sans nul doute de précieux enseignements pour améliorer le dispositif d’intervention, de protection et de secours.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer