FAPf - L’A400M livre du matériel pour l’Alouette 3

Publié le 8 Janvier 2021 à 15:31

© EMA

Le 1er janvier 2020, un A400M Atlas de l’armée de l’Air et de l’Espace a atterri à Papeete pour livrer, entre autres, du matériel à l’aéronautique navale.

Après un demi-tour du monde de plus de 20000km par l’Est, l’A400M en provenance d’Orléans s’est posé à l’aéroport de Tahiti - Faaa le jour de l’An.

L’avion de transport de l’Armée de l’Air et de l’Espace était très attendu puisqu’un comité d’accueil conséquent était présent sur le tarmac lors de son arrivée. La flottille 22S, renforcée pour l’occasion par du personnel de Lanvéoc, était en effet très impatiente à l’idée de recevoir enfin la nouvelle poutre de queue de l’Alouette 3 qui leur permettrait de réparer cet hélicoptère.

Sans perdre de temps, la nouvelle poutre de queue a été déchargée et rapidement prise en compte par la 22S qui ne disposait que de la durée du week-end pour installer la nouvelle pièce et charger l’ancienne pièce défectueuse dans l’A400M avant que celui-ci ne reprenne le chemin de la métropole.

L’Alouette 3 équipe la frégate de surveillance Prairial, basée à Papeete en Polynésie française. Cet hélicoptère, mis en œuvre par la flottille 22S, permet d’étendre les capacités du Prairial dans ses différentes missions : surveillance des zones maritimes sur lesquelles la France étend sa souveraineté, police des pêches, collecte de renseignement, assistance en mer, lutte contre le narcotrafic, protection du trafic commercial ou encore d’assistance aux populations touchées par des catastrophes naturelles.

Le Prairial reprendra prochainement la mer pour continuer à sillonner le Pacifique.

Les 950 militaires des forces armées en Polynésie française (FAPf) constituent un dispositif interarmées prépositionné à dominante marine, qui, avec les Forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Asie Pacifique ». Il permet à la France d’assumer sa place de nation riveraine du Pacifique, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menaces grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer