Dix marins s’entraînent à l’hélitreuillage et au secours en mer avec la SNSM, la Sécurité civile et la Douane

Publié le 27 Novembre 2020 à 17:18

© Marine nationale

Dans le cadre du dispositif « organisation de la réponse de sécurité civile » en mer (ORSEC), dix marins de la Base navale (BN) du Fort Saint-Louis se sont entraînés les 20 et 23 novembre à l’hélitreuillage dans la baie de Fort-de-France et à Case-Pilote en Martinique.

Le Préfet de Martinique, délégué du Gouvernement pour l’Action de l’État en mer (DDG AEM), veille au maintien des capacités opérationnelles de réponse aux évènements de mer. À ce titre, un vivier « Équipe d’évaluation et d’intervention » (EEI) est actualisé chaque année. Il recense l’ensemble des personnels susceptibles d’être projetés pour évaluer une situation de crise à bord d’un navire et potentiellement intervenir en urgence. Aux côtés des autres administrations, les Forces armées aux Antilles (FAA) contribuent pleinement à ce vivier et apportent leurs compétences aux EEI.

Ces entraînements communs rassemblant des acteurs du service garde-côtes des Douanes Antilles-Guyane, de la Société nationale des sauveteurs en mer (SNSM), de la Sécurité civile et de la Marine nationale sont régulièrement organisés. Pour les marins impliqués dans l’EEI, c’est l’occasion de s’exercer aux postures d’hélitreuillage en mer. Une fois déployés à bord des navires en difficulté, les marins peuvent apporter leurs compétences en matière de pilotage, de mécanique, de plongée ou encore de lutte contre un incendie.

Les 1 000 militaires des FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils constituent un dispositif interarmées de premier plan sur le théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane. Aux Antilles, les forces armées assurent des missions de souveraineté et de coopération régionale, et conduisent trois missions spécifiques : l’action de l’Etat en mer, sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer ; le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone ; la participation à une opération militaire dans un environnement national ou multinational comme à une évacuation de ressortissants.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer