La Marine nationale, en soutien face à la tempête Alex

Publié le 27 Octobre 2020 à 13:58

© Marine nationale

Suite au passage de la tempête Alex qui a ravagé des villages de montagne dans les Alpes-Maritimes et le nord de l’Italie les vendredi 02 et samedi 03 octobre 2020, le Préfet maritime de la Méditerranée, le vice-amiral d’escadre Laurent Isnard, en interface avec la préfecture des Alpes-Maritimes s’est immédiatement attaché à limiter l’impact sur la sécurité maritime.

Quelques jours après la tempête, des débris végétaux, charriés par les inondations qui ont gonflé les cours d’eau de la région, se sont en effet répandus sur le littoral puis ont rapidement dérivé en mer, formant de véritables obstacles et dangers à la navigation sur le littoral.
Au vu du danger représenté par ces nombreux troncs d’arbres à la dérive, la décision a rapidement été prise de passer au niveau 2 du dispositif ORSEC maritime et d’armer en conséquence une équipe de gestion d’intervention, au centre des opérations Marine de Toulon, chargée de coordonner l’action des moyens déployés.

La stratégie de lutte s’est alors basée sur les éléments suivants : cartographier le danger, alerter les usagers de la mer puis lutter pour retirer un maximum de dangers pour la navigation en déployant des navires spécialisés.
En conséquence, des aéronefs de la Marine nationale (Falcon 50, Atlantique 2, et Caïman Marine) ont été déployés quotidiennement sur zone afin de localiser les dangers, guider les moyens à la mer et permettre l’actualisation des avis urgents aux navigateurs (AVURNAV) régulièrement actualisés. Ces avis ont été ponctuellement complétés par un arrêté préfectoral interdisant la navigation des navires porteurs de matières dangereuses dans les eaux françaises sur une partie du littoral des Alpes-Maritimes.

Le 06 octobre, le bâtiment de soutien et d’assistance affrété (BSAA) Pionnier est engagé afin de récupérer les débris, rejoint le 11 octobre par le BSAA Jason.

A deux, ils auront collecté plusieurs centaines de tonnes de bois, déchargées au port de Nice et dont le traitement a été organisé en lien avec l’Office national des forêts (ONF) et la Direction départementale des territoires (DDTM) des Alpes-Maritimes.
Les vols de ces derniers jours ne faisant plus état de zones de concentration de déchets conséquentes, mais seulement d’amas très éparses et en moindre quantité, le préfet maritime a décidé de repasser à un niveau de veille normale et de désengager les moyens à la mer tout en conservant une surveillance aérienne régulière.

Alors que les BSAA sont rentrés à leur port base à Toulon, la mission continue pour les aéronefs de la Marine nationale. Des hélicoptères Dauphin de la flottille 35F, des Caïman Marine de la flottille 31F et des Falcon 50 de la flottille 24F poursuivent leurs vols de relocalisation mais restent également mobilisés pour soutenir les populations sinistrées des Alpes-Maritimes. En effet, en soutien des autorités civiles,  diverses missions de transport de fret (gazole, bouteilles d’eau ou encore médicaments) dans les villages encore difficilement accessibles ou d’évacuation de personnes sont conduites par les hélicoptères.

 

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer