JOINT WARRIOR 20.2 : Poursuite de l’exercice pour les moyens de la Marine nationale

Publié le 14 Octobre 2020 à 09:51

© Marine nationale

Depuis le 3 octobre 2020, plusieurs unités françaises participent à l’exercice interalliés JOINT WARRIOR 20.2 : le patrouilleur de haute-mer (PHM) Premier-Maître L’Her, deux détachements patrouille maritime avec leurs avions Atlantique 2 et la Frégate multimissions (FREMM) Aquitaine.

L’équipage du Premier Maître L’Her a déjà pu réaliser de nombreux exercices : tirs contre terre, lutte contre les menaces asymétriques à proximité des lochs écossais ou encore entraînements en environnement dégradé (brouillage radio/GPS). Le PHM a également été ravitaillé en mer par l’USNS Medgar Evers. Ces ravitaillements à la mer avec un bâtiment étranger sont des manœuvres indispensables à l’intégration au sein d’une force navale interalliée.

Les équipages des flottilles 21F et 23F ont réalisé de nombreux vols de patrouille maritime, utilisant toutes les capacités de leurs avions Atlantique 2 lors d’exercices de lutte sous-marine, avec notamment des largages de bouées contre des sous-marins.

Quant à la FREMM Aquitaine, les membres de son équipe de visite se sont entraînés au treuillage depuis un Caïman Marine de la 33F embarqué. La frégate a ensuite été ravitaillée par le bâtiment canadien Astérix. L’équipage a ensuite enchaîné les entraînements de lutte contre les menaces asymétriques mais aussi de lutte anti-sous-marine.

 JOINT WARRIOR est un entraînement de niveau supérieur organisé par l’armée britannique (Royal Navy et Royal Air Force) ayant pour objectif de fournir un entraînement tactique interarmées, dans lequel les unités alliées ou partenaires et leurs états-majors perfectionnent leurs tactiques de lutte et leur capacité d’intégration et d’interopérabilité, dans la perspective de leur potentiel emploi dans le cadre d’une Task Force interarmées et interalliée (Combined Joint Task Force).

Cet entraînement opérationnel a lieu deux fois par an, au printemps et à l’automne. Il permet de mettre en place une série de scénarios incluant des situations de crise et de conflits telles que des attaques asymétriques ou des opérations de piraterie susceptibles d’être rencontrées en opération. Réunissant des forces aériennes, de surface, sous-marines et amphibies, il est organisé spécialement pour l’entraînement à l’engagement maritime.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer