FAZSOI - L’Astrolabe en patrouille dans le canal du Mozambique

Publié le 14 Septembre 2020 à 12:15

© EMA

Parti le 4 août 2020 du Port-des-Galets à La Réunion, le patrouilleur polaire L’Astrolabe est de retour à La Réunion depuis le 28 août. Il a durant le mois d’août effectué une mission de surveillance de la zone sud de l’océan Indien centrée sur la patrouille en zone économique Malgache et Française.

Renforcé par 10 marins constituant le « complément de souveraineté » - un renfort permettant  la conduite efficace de l’ensemble des missions dévolues au bâtiment lors des missions générales de souveraineté (MGS) pendant l’hiver austral (mars à octobre) - l’équipage de L’Astrolabe a ainsi réalisé une patrouille de surveillance des pêches et trafics illicites dans les zones économiques exclusives (ZEE) de Madagascar, en vertu d’accords bilatéraux, et des îles Eparses (Europa, Glorieuses, Juan de Nova).

L’équipage ayant été renouvelé à plus de  50%, ce déploiement a également permis de former les nouveaux embarqués et de réaliser de nombreux exercices leur permettant de mettre en œuvre les installations et des techniques propres à ce navire unique.

Ces mises en situations permettent aux marins d’être préparés à un panel d’évènements ou d’incidents susceptibles de se produire, du travail avec un hélicoptère à la visite d’un navire ou l’évacuation du bâtiment. Plusieurs exercices spécifiques au travail en zone polaire ont également été menés en préparation à une mission de soutien à la logistique en Antarctique prévue de janvier à mars.

Les 1 700 militaires déployés aux FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Les FAZSOI constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer