Aéronautique navale - Clap de fin pour le Lynx

Publié le 8 Septembre 2020 à 15:46

© Marine nationale

Après plus de 40 ans de bons et loyaux services au sein de la Marine nationale, l’hélicoptère de lutte anti-sous-marine Lynx tire sa révérence. C’est au cours d’une cérémonie organisée le 4 septembre sur la base d’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic que le fanion de la 34F a été remis au chef d’état-major de la marine, l’amiral Pierre Vandier, symbolisant ainsi sa mise en sommeil.

« L’hélicoptère Lynx a énormément servi, il a été un très bel appareil, très puissant, un outil de combat remarquable » reconnaît l’amiral Vandier, après avoir reçu le fanion de la Flottille 34F. Bras armé des frégates de lutte anti-sous-marine F67 et F70, cet aéronef a en effet particulièrement bien rempli les missions qui lui ont été confiées sur toutes les mers du globe. Remarquablement adapté aux opérations embarquées, il a ainsi été déployé à bord de tous les bâtiments porte-hélicoptères que la Marine a connu pendant la période de son existence.

Extrêmement à l’aise en environnement maritime, le Lynx a acquis la réputation d’une machine fiable qui ramène ses équipages en sécurité. Ses caractéristiques et ses équipements lui ont permis de rester spécialisé dans la lutte anti-sous-marine, jusqu’à son retrait du service. « Fruit d’une conception totalement pensée pour l’emploi maritime embarqué, il a fait des merveilles à bord des frégates de lutte anti-sous-marine. Parfaitement intégré dans le système de combat de son bâtiment, il est devenu la cheville ouvrière des opérations de la Marine de ces 40 dernières années » a déclaré le CF François Chaput, commandant de la Flottille 34F, qui avait débuté sa carrière de pilote sur Lynx une trentaine d’années plutôt.

 

Cap sur l’avenir de la composante hélicoptère : la flotte intérimaire
Après le retrait des Lynx et en prévision de celui des Alouette III, la Marine nationale a cherché des solutions innovantes afin de combler sa réduction temporaire de capacité, dans l’attente de l’arrivée des Hélicoptère Interarmées Légers (HIL) Guépard à la fin de la décennie. Elle a donc recours à la location d’aéronefs. Cette « flotte intérimaire » est composée de 12 Dauphin et de 4 H160.

La 34F sera en conséquence réactivée en 2021 : en effet l’escadrille ESHE/22S deviendra la flottille 34F/ESHE à la réception des premiers Dauphin de la flotte intérimaire qui armeront les frégates outre-mer et certains plots de secours-maritime. Enfin en 2022, ce sera la 32F qui sera à son tour réactivée pour accueillir les 4 H160 de la flotte intérimaire (3 à Lanvéoc-Poulmic et 1 en détachement à Cherbourg).

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer