Opération de soutien des FAZSOI à l’île Maurice dans le cadre du naufrage du MV Wakashio

Publié le 11 Août 2020 à 11:57

© Marine nationale

Le 25 juillet 2020, le MV Wakashio, s’est échoué sur des récifs situés à la pointe sud Est de l’île Maurice. En raison du déversement d’hydrocarbures en mer, les forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI), se sont mobilisées et sont intervenues en soutien de leur partenaire mauricien afin de lutter contre la pollution marine.

Le 6 août 2020, les autorités mauriciennes ont confirmé qu’une fissure dans la coque laissait s’échapper des hydrocarbures. Le jour même, Jacques Billant, délégué du gouvernement pour l’action de l’Etat en mer a activé une cellule de crise réunissant le bureau de l'action de l'état en mer de la zone maritime sud de l'océan Indien, la direction de la mer sud de l’océan Indien (DMSOI), le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS), les forces armées dans la zone sud de l'océan Indien (FAZSOI), l’action de l’État en mer (AEM), la cellule diplomatique et l’état-major de zone de défense.

Parallèlement, Maurice a saisi la France par voie diplomatique en application d’un plan d’urgence sous régional intéressant les pays de la Commission de l’Océan Indien (COI) pour une assistance matérielle et humaine afin de lutter contre cet épisode de pollution marine (POLMAR).

Réagissant immédiatement, les FAZSOI ont mobilisé dès le samedi 08 août 2020 des moyens aériens et maritimes pour l’acheminement de matériel visant à lutter contre ce POLMAR. Un CASA CN-235 du détachement aérien 181 (DA-181) a réalisé la première de ses deux rotations vers notre partenaire régional. Il avait à son bord 5,5 tonnes de matériel composé de 600m de barrage flottant côtier, ainsi qu’un échelon précurseur d’experts militaires et civils.

Dans le même temps à la base navale de Port-des-Galets, le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Champlain embarquait un stock conséquent de matériel complémentaire. Une cargaison composée de plus de 700m de barrages flottants absorbants et hauturiers, de plusieurs types de récupérateurs/écrémeurs, et d’équipements de pompage (motopompes et tuyaux d’aspiration et de refoulement). Des experts de la lutte contre les hydrocarbures en mer et à terre se sont également rendu sur place afin d’apporter un renfort.

Les moyens matériels déployés par les FAZSOI sont mis à la disposition des autorités mauriciennes dans le cadre de leur stratégie de lutte contre les pollutions constatées en mer et à terre. Les experts nationaux envoyés sur place sont chargés d’apporter un conseil dans l’emploi opérationnel des moyens.

L’utilisation de l’outil de simulation « Mothy » a permis de modéliser les hypothèses de dérive des nappes d’hydrocarbure en fonction de leur nature et des conditions d’environnement dans la zone. Les résultats montrent qu’à ce stade, les côtes réunionnaises ne sont pas menacées.  L’efficacité du dispositif  POLMAR mer avait été testé à La Réunion lors d’un grand exercice organisé en décembre 2019 mobilisant tous les acteurs concernés. 

Les 1 700 militaires déployés aux FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Les FAZSOI constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer