Voyage autour du monde avec l’équipage A du BSAOM Bougainville

Publié le 1 Août 2020 à 12:13

© Marine nationale

Placé en confinement à domicile, l’équipage A du Bâtiment de Soutien et d’Assistance Outre-Mer (BSAOM) Bougainville a au cours des mois d’avril-mai, maintenu une correspondance régulière avec une classe de lycéens du Pas-de-Calais, étudiant le Voyage autour du monde de Louis-Antoine de Bougainville.

C’est un partenariat assez peu commun, qui s’est alors monté durant le confinement. Travaillant sur les écrits du célèbre navigateur dans le cadre de leurs études, des élèves du lycée Pablo Picasso d’Avion ont contacté le BSAOM Bougainville, afin d’en apprendre davantage sur le métier de marin, les missions du Bougainville, ou encore la vie en Polynésie française.

Dans un premier temps, les élèves se sont attelés - sous la direction de leur professeur de français et après avoir recueilli du vocabulaire maritime auprès du commandant - à la rédaction de journaux de bord s’imprégnant de celui du comte de Bougainville. Une fois ce travail terminé, les élèves ont adressé à l’équipage du BSAOM de multiples questions sur la marine et l’Outre-mer, domaines dont la majorité étaient peu familière. Chacun des membres de l’équipage a alors pu témoigner de son quotidien de marin à Tahiti, et de son métier de façon plus générale.

Pour l’équipe pédagogique, ce projet a été une véritable ouverture sur le monde : « Je remercie l’équipage du Bougainville d’avoir participé si spontanément à ces échanges avec mes élèves. C’est la première année que nous enseignons cette nouvelle matière issue de la réforme du baccalauréat. Cette spécialité s’intitule Humanités, Littérature, Philosophie. Elle invite les élèves à s’intéresser aux découvertes du monde et à s’ouvrir aux autres cultures. A travers ces échanges, ce n’est pas seulement l’héritage de Christophe Colomb, de Bougainville et des grands explorateurs que nous avons étudié, ce n’est pas seulement l’Histoire qui nous a intéressé. Au contraire, les élèves ont pu découvrir des hommes mobilisés, vivant au quotidien des « aventures », composant chaque jour avec les différences culturelles, donnant du sens au mot « engagement ». Pour ces élèves du bassin minier, c’est tout un monde qui s’est ouvert à eux. Notre prochaine idée (utopique, mais si belle !) : venir rencontrer l’équipage sur place ! ».

A défaut de pouvoir passer les épreuves du baccalauréat de français, les élèves auront donc vécu une expérience aussi inédite qu’enrichissante : « Vous exercez un très beau métier et représentez dignement les couleurs de notre pays, à des milliers de kilomètres de la métropole. Cela m'a personnellement permis d'en apprendre davantage sur le rôle de chacun dans le BSAOM, mais aussi d'approfondir mes connaissances sur la culture Tahitienne. […] L'histoire de Louis-Antoine de Bougainville m'avait déjà beaucoup intéressée, découvrir la vôtre au XXIe siècle est tout aussi incroyable. C'était un réel plaisir de vous lire et d'échanger avec vous ! ».

Les marins du Bougainville leur souhaitent une bonne continuation dans leurs études.

A lire : Voyage autour du monde., Bougainville. Ce récit retrace la campagne d’exploration de La Boudeuse et de l’Etoile, menées par le comte de Bougainville entre 1766 et 1769. Ce voyage scientifique – premier tour du monde officiel français - donna lieu à de grandes avancées dans le domaine de la navigation, de la cartographie, de la botanique (la bougainvillée a été découverte lors de cette expédition) et suscita en France un engouement notoire pour l’île de Cythère : Tahiti.

Le réseau Jeanne Barret, lancé en mars 2019 par l’amiral Prazuck dans le cadre du plan Mixité, tient son nom de la première femme à avoir fait le tour du monde : elle était embarquée sur la Boudeuse sous le nom de Jean Baré.

Les 950 militaires des forces armées en Polynésie française (FAPf) constituent un dispositif interarmées prépositionné à dominante Marine, qui, avec les Forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Asie Pacifique ». Il permet à la France d’assumer sa place de nation riveraine du Pacifique, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menaces grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer