Lieutenant de vaisseau Le Hénaff - 41 ans de service actif !

Publié le 31 Juillet 2020 à 16:37

© Marine nationale

Le retrait du service actif du Lieutenant de vaisseau Le Hénaff est l’occasion de rendre hommage à ce bâtiment, qui a servi la France pendant 41 ans et à l’homme qui lui a donné son nom.

Yves Le Hénaff est né le 23 octobre 1914 à Penhars dans le Finistère. Après l’Ecole Navale en 1934 et le croiseur Jeanne d’Arc en 1937, il fait campagne en Extrême Orient sur l’Aviso colonial Dumont d’Urville, puis comme officier en second de la de la flottille du Yang-Tsé-Kiang. A son retour, il est détaché à Salon de Provence comme élève-pilote en 1942. Affecté en Afrique du Nord, il rencontre à Oran le chef du service de renseignement, et se porte immédiatement volontaire pour assurer des missions spéciales en France occupée. Après quatre mois de stage en Angleterre, il est parachuté près de Châteaulin dans la nuit du 14 au 15 juin 1943. Pendant plus de six mois, il organise l’évacuation de nombreux résistants vers l’Angleterre.

Début 1944, il est rappelé à Londres en raison des risques sans cesse croissants qu’il court. Mais il veut auparavant achever une mission importante et ne pas abandonner les 37 pilotes, résistants et militaires auxquels il doit faire traverser la Manche. Le 2 février 1944, il quitte l’Ile Tudy sur une pinasse à moteur baptisée Jouet des flots. Malheureusement, le bateau s’échoue à la pointe du Raz. Alors que les Allemands arrêtent une partie des rescapés, Yves Le Hénaff parvient à en évacuer quelques-uns vers Paris. Au cours de cette action, il est fait prisonnier par la Gestapo le 5 février à Audierne. Incarcéré et torturé à Rennes pendant plusieurs mois, il meurt en juillet 1944 dans le wagon qui l’emmenait au camp de concentration de Dachau.

Lorsque la série des 18 avisos est mise sur cale à la fin des années 1970, décision est prise de rendre hommage aux marins résistants morts pour la France. Ainsi la classe des A69 prend le nom de d’Estienne d’Orves et l’aviso F789 est baptisé Lieutenant de vaisseau Le Hénaff.

Mis sur cale en février 1978, le Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff, est admis au service actif le 23 février 1980. Il commande à Cherbourg la 1ère division des avisos avant de rejoindre Brest, qui deviendra son port-base jusqu’à son désarmement.

Déployé souvent, aussi bien dans le golfe de Guinée qu’en Méditerranée ou dans le Golfe de Gascogne, le Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff s’illustre régulièrement dans des domaines aussi variés que les missions de soutien à la Force Océanique Stratégique, la lutte contre les narcotrafics, les opérations extérieures et le sauvetage de naufragés.

Ainsi, en 2002, au cours de l’opération Moby Dick, son intervention permet l’interception du cargo Winner, suspecté de trafic de stupéfiants. Quatre ans plus tard, en 2006, c’est le Cantamar IV qui est arraisonné, permettant la destruction d’une tonne et demi de cocaïne.

Le Lieutenant de vaisseau Le Hénaff intervient également sur des théâtres de conflits. La décennie 2010 est marquée par sa participation à de nombreuses opérations : plusieurs missions Corymbe, Harmattan et Unified Protector en 2011, puis Serval et Sangaris en 2013. Lors de l’opération Harmattan, l’équipage essuie le feu, et s’illustre par son sang-froid et sa combativité. L’année suivante, mobilisé à l’issue d’un déploiement de longue durée en Afrique, il démontre une nouvelle fois sa résilience en participant à la recherche des débris du M51 lors de l’opération STEROPES.

Le Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff s’est également illustré en situation de sauvetage en mer : en 2004, il porte assistance bâtiment battant pavillon nigérien Dona Elvira. Quinze ans plus tard, au cours de la mission Sophia, il recueille au large des côtes Libyennes 173 naufragés, dont 19 femmes et 17 enfants

La carrière opérationnelle du Lieutenant de vaisseau Le Hénaff s’est achevée par une mission de soutien à la Force Océanique Stratégique, mission pour laquelle il avait été conçu et dont il s’est acquitté avec efficacité et professionnalisme tout au long de ces quarante dernières années.

Efficace, endurant et polyvalent grâce à la qualité de ses équipages successifs, le PHM Lieutenant de vaisseau Le Hénaff a parcouru au cours de sa carrière opérationnelle près d’un million de milles nautique, sur tous les océans du monde. Cela représente un peu moins de 45 tours de la terre.

Ses équipages successifs auront fait honneur au nom de Yves Le Hénaff et à la Marine nationale.

Vos réactions: 
Moyenne: 4.8 (4 votes)
Envoyer