Portrait d’un marin de l’air plongeur à bord du PANTHER 36F Floréal

Publié le 29 Juillet 2020 à 10:21

© EMA

Le maître Nicolas est à la fois mécanicien, réparateur de cellule et plongeur sur le PANTHER 36F de la frégate de surveillance (FS) Floréal.

Ce marin de 39 ans est véritablement passionné par son métier : « Je suis originaire d’un village du côté de Toulon. Depuis tout petit, j’ai toujours eu les pieds dans l’eau et si vous ajoutez à cela ma passion pour l’aéronautique, je ne pouvais pas rêver mieux comme carrière professionnelle », précise-t-il.

Après avoir obtenu un BAC Professionnel, il s’engage en tant que mousse dans la Marine nationale à l’école de Rochefort. Formé tout d’abord comme mécanicien aéronautique, il attend d’avoir acquis suffisamment de maturité avant de commencer, en 2008, une formation qui lui permet d’obtenir en 2011 un certificat de plongeur professionnel. « On ne peut pas se lancer dans cette démarche sans être sûr d’avoir la maturité nécessaire. Il faut bien prendre en compte les risques que l’on peut parfois courir et surtout les responsabilités que l’on a envers le reste de l’équipage. Dans certaines situations, on est réellement tout seul ». Cet engagement débute par 5 semaines de formation « plongeur » à Saint-Mandrier-sur-Mer. S’ensuivent environ 2 semaines au centre d’entrainement à la survie et au sauvetage de l’aéronautique navale (CESSAN basé à Lanvéoc-Poulmic) et enfin une formation sur hélicoptère d’une durée de 6 mois à 1 an.

Le maître Nicolas fait partie des 70 marins du ciel plongeurs d’hélicoptère dont la priorité est le sauvetage en mer. A celle-ci s’ajoutent des missions annexes telles que la lutte contre les trafics de drogue et la surveillance des espaces maritimes. « Il s’agit vraiment d’un poste hors du commun car nous avons beau être des marins naviguant sur des bâtiments, nous avons cette spécialité aéronautique qui, dans un sens, nous différencie quelque peu. Je suis fier de pouvoir dire que j’exerce ce métier ».

Les 1 700 militaires déployés aux FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Les FAZSOI constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer