En mission avec le Dauphin de la flottille 35F

Publié le 2 Juin 2020 à 10:18

© EMA

Le jeudi 21 mai 2020, un Dauphin N3+ du Détachement 35F des Forces armées en Polynésie française (FAPF) a réalisé une mission d’évacuation médicale d’une mère et de son enfant de 5 ans. Afin de prendre en charge ce jeune patient, l’équipage et le médecin embarqué ont dû rejoindre Rapa, l’île la plus méridionale et isolée de l’archipel des Australes située à 1240 kilomètres de Tahiti, et à 500 kilomètres de l’île habitée la plus proche. 

Pour mener à bien sa mission, le Dauphin a dû réaliser deux ravitaillements lors de son vol aller, à Rurutu, puis à Raivavae. Cependant, lors de son arrivée sur l'aéroport de Raivavae, l’aéronef de l’aviation navale a détecté un incendie et a immédiatement rendu compte au Centre Opération de Tahiti (COT). 

Le Dauphin a alors reçu l’ordre de poursuivre sa mission principale, avec l’évacuation médicale de la mère et de son enfant de Rapa à Raivavae. Ces derniers, accompagné du médecin, y ont alors été pris en charge sur un vol d’Air Archipel, réalisant la liaison entre Raivavae et Tahiti. 

Une fois l’objectif initial rempli, un vol de reconnaissance de la zone d'incendie a alors été mené par l’hélicoptère des FAPF, avec à son bord le chef de corps de l'antenne de la direction de la protection civile de Raivavae ainsi que l’adjoint au maire du chef-lieu. La maîtrise du feu a enfin annoncé la fin de mission du Dauphin de la flottille 35F, qui a retrouvé Tahiti le vendredi 22 mai, soit plus de 30h après son départ. 

Ce type de mission témoigne une fois de plus de la polyvalence et de la réactivité des FAPF, pour venir en secours des populations et assurer la sécurité sur les territoires isolés.

Les 950 militaires des forces armées en Polynésie française (FAPF) constituent un dispositif interarmées prépositionné à dominante Marine, qui, avec les Forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Asie Pacifique ». Il permet à la France d’assumer sa place de nation riveraine du Pacifique, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menaces grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer