Le Maïto poursuit sa participation aux missions de police des pêches pendant le confinement

Publié le 29 Mai 2020 à 11:13

© EMA

Les missions liées à l’action de l’Etat en mer (AEM) se sont poursuivies pour le remorqueur portuaire côtier (RPC) Maïto pendant la période de confinement. Déployé en mission de police des pêches sur la façade Atlantique de la Martinique, l’équipage du Maïto a continué à faire respecter les réglementations en mer, notamment dans des zones où le chlordécone est potentiellement présent. La sécurisation des espaces pollués par cet ancien pesticide demeure un enjeu écologique majeur pour les autorités françaises des Antilles.

Pesticide organochloré massivement utilisé sur les îles de Martinique et de Guadeloupe dans les années 1950, le chlordécone avait pour vocation de lutter contre le charançon du bananier dont les larves creusent des galeries dans le bulbe du bananier. Interdit à la vente depuis 1990 en raison de sa persistance dans l’environnement et de sa bio-accumulation dans les matières vivantes, le chlordécone est aujourd’hui à l’origine d’une pollution terrestre et aquatique qui perdure au fil des ans. 

C’est dans ce contexte que le RPC Maïto et son équipage interviennent dans les zones polluées. Les missions réalisées, s’inscrivent à la fois dans le domaine de la police des pêches et de la protection de la santé publique. Elles ont pour objectif de contrôler les pratiques de pêches dans ces endroits où le risque de contamination des poissons et crustacés environnants est particulièrement élevé. 

Au-delà de ces actions spécifiques à la zone des Antilles, le Maïto aura participé au cours de l’année 2019-2020 au contrôle de 30 navires de pêche et contribué au relevage d’une cinquantaine de casiers de pêche en infraction. Les raisons de ces interventions concernaient aussi bien leur présence en zones réglementées dû à la présence de chlordécone, qu’à l’absence de marquage et d’immatriculation. 

Le RPC Maïto est un bâtiment de la Marine nationale basé à la base navale de Fort-de-France en Martinique et employé par les forces armées aux Antilles. Bien que la majorité des missions du Maïto soient portuaires – remorquage de plus gros bâtiments et ravitaillement de ces derniers en gasoil - le RPC peut aussi réaliser des actions liées à l’AEM, comme des missions de police des pêches, de lutte anti-pollution, d’assistance aux navires en détresses ou encore humanitaires comme ce fut le cas à la suite du passage du cyclone Irma dans les îles du nord en 2017.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (3 votes)
Envoyer