L’Arago en mission à Mururoa au profit du centre d’expérimentation du Pacifique

Publié le 18 Mai 2020 à 17:12

© EMA

Du 29 avril au 03 mai 2020, le patrouilleur Arago a mené une série d’opérations de soutien au profit du Centre d’expérimentations du Pacifique, sur les atolls de Fangataufa et Mururoa.

A Fangataufa, une vaste opération de reconnaissance du réseau topographique de l’île, installée pour surveiller les évolutions géomécaniques de l’atoll, a mobilisé tout l’équipage sur une journée complète. Les informations collectées ont permis la mise à jour de la cartographie d’une part des piliers de relevés topographiques du Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives (CEA), et d’autre part des axes de communications sur l’île. Pour clôturer cette journée une cérémonie des couleurs s’est déroulée sur le quai Frégate.

Dans un second temps, à Mururoa, l’équipe de plongeurs de bord de l’Arago a conduit des plongées d’inspection de têtes de puits de prélèvement d’eaux souterraines. Durant ces deux jours de travail, ils ont testé l’emploi du drone sous-marin du CEA, qui offre de nouvelles perspectives en termes d’immersion et de collecte de données.

Le détachement de l’armée de Terre, chargé de la surveillance des sites a réservé un accueil chaleureux aux marins de l’Arago et leur a fait découvrir les lieux-clés de ce site stratégique pour la dissuasion nucléaire.

De 1966 à 1996, les atolls de Fangataufa et Mururoa ont accueilli les essais du centre d’expérimentations du Pacifique. Depuis l’arrêt des essais nucléaires la surveillance radiologique, biologique, et géomécanique des sites démantelés est une mission essentielle des forces armées en Polynésie française (FAPF). Depuis 2000, un détachement de l’armée de Terre assure la mission de surveillance des sites et de contrôle des accès.

La mission Turbo, conduite chaque année par un bâtiment de la Marine nationale au profit du CEA, permet d’effectuer des prélèvements biologiques d’environnement et de faire un état des lieux sur certaines installations à Fangataufa et Mururoa. Annulée cette année en raison de la pandémie Covid-19, l’Arago a été sollicité dans le cadre de sa mission Pacifique Aito [lien vers brève] pour réaliser une partie des opérations initialement prévues.

Les 950 militaires des forces armées en Polynésie française (FAPF) constituent un dispositif interarmées prépositionné à dominante Marine, qui, avec les Forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Asie Pacifique ». Il permet à la France d’assumer sa place de nation riveraine du Pacifique, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menaces grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer