COMNORD - Exercices croisés franco-égyptiens en Manche

Publié le 22 Avril 2020 à 15:25

© EMA

Du 15 au 17 avril, la Marine nationale a participé à un exercices d’opportunité à la mer (PASSEX) avec la marine égyptienne à l’occasion du transit en Manche du 3e sous-marin S43 de classe 209/1400 égyptien et de son unité d’escorte, la frégate Taba de type OH Perry.

 

Le groupe égyptien a ainsi interagi successivement avec le patrouilleur de service public Cormoran, puis avec les remorqueurs d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) affrétés par la Marine nationale Abeille Languedoc puis Abeille Liberté.

 

Pour le lieutenant de vaisseau Amin Salhi - commandant le PSP Cormoran, « cette navigation de groupe a permis de parfaire notre interopérabilité, en réalisant notamment des évolutions tactiques en formation coordonnée. Nous avons également testé différents systèmes de communication pour échanger de concert et réaliser avec succès un « gridlock », c’est-à-dire un contact au radar sans visuel ». 

 

La mission des unités françaises était également d’assurer la sécurité nautique du groupe dans une zone où opèrent plus de 25% du trafic maritime mondial. En effet, la Manche constitue une zone maritime complexe de part ses conditions naturelles (étroitesse, forts courants, vents violents, marées importantes) et la forte concentration des flux de navigation (60 000 navires chaque année). Aussi, les unités de la Marine nationale en Manche et mer du Nord agissent quotidiennement pour assurer la sécurité de la navigation, depuis la terre avec les sémaphores, en mer avec les patrouilleurs de service public ou encore dans les airs avec les hélicoptères Dauphin et Caïman marine basés au Touquet et à Maupertus. 

 

Le 17 avril, le groupe égyptien a quitté la Manche pour rallier l’Atlantique où il a été rejoint par le patrouilleur de haute mer LV Le Hénaff, afin de poursuivre sa navigation vers Alexandrie – son futur port d’attache. 

 

Les marines égyptiennes et françaises entretiennent une coopération ancienne et soutenue. Chaque année, ce sont ainsi plus d’une vingtaine de PASSEX qui sont réalisés entre les unités françaises et égyptiennes naviguant en mer Méditerranée ou en mer Rouge, ainsi que de nombreux entraînements opérationnels majeurs tels que CléopatraRamsès ou encore récemment avec le groupe Jeanne d’Arc en mer Rouge au mois de mars 2020.

 

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer