RESILIENCE - Le Mistral débarque le sous-groupement tactique embarqué à Mayotte

Publié le 7 Avril 2020 à 14:42

© EMA

Suite à la décision du Président de la République de déployer deux porte-hélicoptères amphibie (PHA) de la Marine nationale dans les approches des territoires français ultra-marins pour appuyer l’action de l’Etat dans la lutte contre le Covid-19, et dans le cadre de l’opération Resilience, la mission Jeanne d’Arc, composée du porte-hélicoptères amphibie (PHA) Mistral et de la frégate légère furtive (FLF) Guépratte, a rejoint la zone sud de l’océan Indien.

C’est dans le cadre de cette mission que, le 4 avril 2020, le sous-groupement tactique embarqué (SGTE) a posé le pied à Mayotte depuis le Mistral grâce à la batellerie de la flottille amphibie présente à bord du PHA. Cette manœuvre a illustré la capacité du groupe Jeanne d’Arc à mener des opérations amphibies pour mettre en œuvre des moyens à terre. Le SGTE, composé de militaires du 2e régiment d’infanterie de Marine (2eRIMa), du régiment d’infanterie chars de Marine (RICM) et du 6e régiment du génie (6e RG), a reçu pour mission de renforcer le Détachement de la Légion étrangère de Mayotte (DLEM) dans le cadre du soutien des autorités locales à Mayotte. Dans les prochains jours, cette force autonome en moyens de transport, de communications et d’armement sera en mesure d’appuyer le DLEM dans le cadre de l’opération Resilience.

Le colonel Hugues Latournerie, commandant d’armes et chef de corps du DLEM était au débarquement de ce renfort pour leur souhaiter la bienvenue et leur transmettre les premiers ordres.

De son côté, le groupe Jeanne d’Arc, qui a appareillé le 26 février dernier de Toulon, rejoindra La Réunion dans les prochains jours où il sera chargé de plusieurs tonnes de fret, notamment sanitaire, à destination de Mayotte où son retour est attendu mi-avril.

Dans le cadre de l’opération Resilience, les 3 porte-hélicoptères amphibies de la Marine, Mistral, Tonnerre et Dixmude, apportent un renfort utile aux territoires ultramarins afin d’aider les autorités à gérer les conséquences de l’épidémie et d’apporter un soutien aux populations.

La modularité et la capacité d’emport des PHA en font des moyens parfaitement adaptés aux missions de la Marine dans le cadre de l’opération Resilience, mais également aux opérations humanitaires d’envergure.Grâce à ces bâtiments polyvalents, la Marine est capable de mener des opérations de gestion de crise, de transport ou encore d’évacuation sanitaire et de soutien médical par des moyens amphibies et aéromobiles, en intégrant à bord des éléments de forces interarmées et sanitaires militaires et civiles.

Lancée le 25 mars 2020, l’opération Resilience constitue la contribution des armées à l’engagement interministériel contre la propagation du COVID-19.  Avec Resilience, les armées s’engagent dans l’ensemble des secteurs où elles peuvent apporter un soutien aux autorités civiles, en adaptant leur action aux contextes locaux et dans le cadre d’un dialogue permanent avec les autorités civiles. Resilience est une opération militaire inédite, dédiée au soutien des services publics et des Français dans les domaines de la santé, de la logistique et de la protection, en métropole et outre-mer, tout en prenant en compte la nécessité de poursuivre les opérations au profit de la sécurité des Français, sur le territoire national, dans les airs, sur les mers, dans l’espace cyber, comme sur les théâtres extérieurs.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 4 (2 votes)
Envoyer