Simulation de lutte anti-surface pour les frégates européennes en océan Indien

Publié le 7 Avril 2020 à 11:26

© EMA

Le 1er avril, l’ensemble des unités de la Task Force 474, constituée de la frégate hollandaise De Ruyter, de la frégate française de défense aérienne Forbin et d’un Atlantique 2 de la flottille 23F, s’est retrouvé quelques heures pour un entraînement conjoint au large des Emirats Arabes Unis. Déployées dans le cadre de l’opération AGENOR, volet militaire de l’initiative EMASoH (European-led Maritime Awareness in the Strait of Hormuz), ces unités opèrent dans le golfe Arabo-Persique et le détroit d’Ormuz afin de préserver les intérêts économiques internationaux et d’assurer la sécurité des bâtiments de commerce européens.

Après une première rencontre des deux frégates dans le golfe d’Oman en mars dernier, cette nouvelle phase d’entraînement leur a permis d’approfondir leur interopérabilité en associant cette fois l’Atlantique 2, avion de patrouille maritime expert des missions de lutte anti-sous-marine et de lutte anti-navires.

La journée a ainsi débuté par un exercice de lutte anti-surface (SURFEX) opposant les trois unités. Chacun des bâtiments avait ainsi pour objectif, dans l’environnement chargé du Golfe, de localiser, d’identifier et de neutraliser fictivement son adversaire sans être détecté, tout en se défendant contre l’Atlantique 2, lui aussi équipé de missiles anti-navires. De tels exercices nécessitent un haut niveau de coordination entre les différentes chaînes fonctionnelles des bâtiments, (« conduite des opérations », « conduite nautique », « aviation », « conduite de la propulsion »), et permettent de développer le sens tactique des équipes et leur capacité à exploiter de façon décisive l’ensemble des informations recueillies par les capteurs et les systèmes d’armes.

Les plongeurs de bord du Forbin ont ensuite effectué une plongée sous la coque du De Ruyter qui a dû se mettre à la dérive, afin de laisser les plongeurs intervenir pour enlever un élément coincé dans l’hélice de celui–ci, et conduire ensuite une visite des apparaux propulsifs immergés. Cette opération délicate témoigne de l’excellente interopérabilité et du haut niveau de confiance entre les deux partenaires.

Au terme de cette riche journée de coopération, les bâtiments ont repris leur patrouille dans le Golfe.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer