Mission Foch - la FREMM Bretagne pour la première fois en patrouille en mer Baltique

Publié le 6 Avril 2020 à 11:01

© EMA

L’action du groupe aéronaval (GAN), constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle, s’est portée en Baltique par le détachement de la frégate multi-missions (FREMM) Bretagne, qui y a conduit une patrouille autonome de 5 jours. L’occasion d’améliorer la connaissance de cette région, d’y affirmer la présence française  et de coopérer avec nos alliés allemands.

Partie de Brest le 23 janvier, la frégate Bretagne opère depuis plus de deux mois au sein GAN, engagé dans la mission Foch. Elle y assure principalement la fonction d’escorteur anti-sous-marin du porte-avions. Le 23 mars, alors que la force opérait en mer du Nord, la Bretagne a été détachée pour conduire une patrouille dans les eaux de la mer Baltique, au profit de la Task Force 473

Le détachement de la FREMM Bretagne en Baltique a permis d’apporter un éclairage en profondeur de la zone et d’en renforcer la connaissance et la maîtrise,. Par ses nombreux capteurs et les capacités multi luttes de l’hélicoptère NH90 Caïman marine embarqué à son bord, la FREMM élargit les capacités de connaissances et d’action dans la zone au profit du GAN. Conduite en autonomie, cette patrouille aura contribué à améliorer l’appréciation de situation de la France dans cette zone stratégique du Nord de l’Europe, tout en y exerçant la liberté de navigation maritime.  

Ce détachement aura par ailleurs permis à l’équipage de la Bretagne d’entreprendre dans la matinée du 27 mars des manœuvres de coopération avec la frégate Schleswig-Holstein de la marine allemande, pays riverain de la zone tout comme le Danemark et les pays scandinaves avec lesquels le GAN exerce aussi sa coopération opérationnelle dans le cadre de ce déploiement. 

Franchissant vers l’ouest le Kattegat puis le Skagerrak, espaces maritimes reliant la mer Baltique à la mer du Nord au nord du Danemark, la Bretagne a rejoint le 28 mars le porte-avions et son escorte.

Dotée d’un système d’arme de pointe, et d’une capacité d’emport de missile de croisière naval, alliées à des capacités de détection dernière génération, la FREMM renforce les capacités du groupe aérien embarqué. Les deux mois de contribution de la Bretagne à la mission Foch auront été riches en « premières » pour la FREMM, admise au service actif en février 2019, et pour son équipage : premier déploiement Méditerranée au sein du groupe aéronaval puis premier détachement en mer Baltique.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (3 votes)
Envoyer