Sauvetage de grande ampleur dans l’archipel des Tuamotu

Publié le 26 Mars 2020 à 18:09

© EMA

Samedi 21 mars 2020 à 08h40, le Joint Rescue Coordination Center de Polynésie française (JRCC) demande le déclenchement de l’équipage d’alerte du détachement de la flottille 35F à Tahiti pour secourir l’équipage du navire de pêche Shen Gang Shun battant pavillon chinois. La situation est confuse mais il semble qu’il soit échoué sur la barrière de corail de l’atoll de Arutua dans l’archipel des Tuamotu.

Activé par le Centre Opérationnel de Tahiti (COT) des Forces Armées en Polynésie Française (FAPF), l’hélicoptère interministériel Dauphin N3+ décolle à 09h30 de Faa’a en direction d’Arutua. Après un peu plus d’une heure trente de vol, l’hélicoptère, arrive sur la zone de l’échouement. Le navire de pêche, battant pavillon chinois, se trouve dans une situation qui pourrait rapidement devenir dangereuse. En effet, échoué sur la barrière de corail, il est soumis à une forte houle du sud qui pourrait rapidement aggraver la situation des 36 membres d’équipage.

Après une rapide mais efficace analyse de la situation et des conditions de protection de l’équipage, la manœuvre d’évacuation est décidée. Le plongeur de la 35F est hélitreuillé à bord du navire de pêche. C’est lui qui, durant près de 9 heures, va organiser les hélitreuillages des marins chinois.

L’équipage du Dauphin profitera d’un ravitaillement à Rangiroa pour embarquer un gendarme qui, déposé à Arutua a pu organiser de manière sereine et en concertation avec la police municipale de l’atoll, l’accueil et l’interrogatoire des marins chinois.

Le Dauphin N3+ a exécuté huit rotations de 3 à 6 personnes à la fois, séparées par 3 ravitaillements, pour évacuer les 36 marins. Sains et saufs, ces derniers ont été récupérés en fin de journée par trois autres navires de pêche du même armateur.

Avant l’intervention, toutes les mesures d’évaluation sanitaires jugées utiles dans le contexte d’expansion du COVID-19 avaient été prises par l’équipage.

Cette opération inédite de sauvetage de grande ampleur dans un contexte particulier démontre une nouvelle fois le professionnalisme des équipages de la 35F de la Marine nationale spécialisés dans le sauvetage en mer. La coordination du JRCC, l’excellente coopération entre les Forces armées en Polynésie française, les gendarmes de Rangiroa et les autorités locales de l’atoll d’Arutua ont été les garants du succès de cette opération.

Les 950 militaires des Forces armées en Polynésie française (FAPF) constituent un dispositif interarmées prépositionné à dominante Maritime, qui, avec les Forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Asie Pacifique ». Il permet à la France d’assumer sa place de nation riveraine du Pacifique, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menaces grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer