Fin de patrouille pour le Nivôse aux îles Kerguelen

Publié le 27 Février 2020 à 12:02

© EMA

Du 7 au 17 février 2020, la frégate de surveillance (FS) Nivôse a patrouillé dans la zone économique exclusive (ZEE) des îles Kerguelen en vue d’y exercer ses missions de souveraineté, plus particulières sur les espaces relevant du patrimoine mondial de l’humanité, et de contrôler les éventuels actes de pêche  illicite, non déclarée et non autorisée (INN), dans le cadre de la police des pêches .

Terres émergées d’une superficie comparable à celle de la Corse, les îles Kerguelen et leur ZEE de plus de 700 000 km2 représentaient un véritable défi pour la frégate de surveillance et son hélicoptère Panther. Appuyé par le Centre National de Surveillance des Pêches (CNSP), le bâtiment a pu bénéficier de ses clichés satellites tout au long de sa patrouille .

« Blanchir » cet espace immense est une mission compliquée. S’il faut s’accommoder des conditions météorologiques changeantes, il est aussi nécessaire d’intégrer les contraintes que le gros temps impose pour mettre en œuvre un hélicoptère. De même, il faut prendre en compte les limites liées à l’autonomie en combustible du bâtiment pour décider où et quand mouiller afin de lancer une surveillance aéro-maritime (SURMAR). Le tout en se tenant prêts à projeter et soutenir le détachement Pétrel du 2e régiment parachutiste d’infanterie de Marine. Embarqué à bord du Nivôse, celui-ci doit pouvoir exercer la souveraineté française ces terres désolées en réalisant des raids de dix jours, en autonome .

La patrouille du Nivôse a aussi été l’occasion de cultiver la coopération entre la Marine nationale et le district des îles Kerguelen de la collectivité des TAAF, à Port-aux-Français, à travers plusieurs interactions. Tout d’abord, la frégate a conduit avec son Panther un exercice conjoint de prise en charge d'un blessé, puis le remplacement des batteries d’une antenne-relais dans les monts de la péninsule Courbet. Ensuite, la base de Port-aux-Français s’est mobilisée pour ravitailler le Nivôse en gazole, renforçant la capacité du bâtiment à patrouiller plus loin, plus longtemps. Enfin, le district a rendu possible l’aguerrissement de la brigade de protection, qui a pu éprouver son endurance lors d’une marche de 26 kilomètres.

Sous le contrôle opérationnel du commandant des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien (COMSUP FAZSOI) et en coordination avec la collectivité des TAAF, les frégates de surveillance Floréal et Nivôse, basées à La Réunion, sont déployées annuellement dans les ZEE françaises de ces îles isolées entre les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants. Ces missions sont également l’occasion de renforcer la coopération avec nos partenaires riverains, que ce soit l’Afrique du Sud pour les îles Marion et Prince Edward, et l’Australie pour les îles Heard et Mac Donald.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère des armées

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer