Coopération entre la frégate de surveillance Floréal et les forces armées du Mozambique

Publié le 17 Février 2020 à 16:44

© EMA

Partie de son port base de Port-des-Galets situé à La Réunion le 2 février 2020, la frégate de surveillance Floréal a fait escale à Maputo, au Mozambique du 7 au 11 février. Ces quelques jours s’opéraient dans le cadre de la mission de surveillance du sud de l’océan Indien et a amené le Floréal à patrouiller dans la vaste zone économique exclusive (ZEE) française du canal du Mozambique.

La frégate de surveillance a mis à profit cette escale pour mener des actions de coopération avec les forces armées mozambicaines, et notamment avec la Marine de guerre du Mozambique (MGM). A l’issue des visites officielles, le Floréal a accueilli des militaires mozambicains afin qu’ils échangent avec les marins du bord sur les techniques d’intervention de sécurité, ou bien de participer à des ateliers de « Protection défense des points sensibles » (PRODEF).

Par ailleurs, un entrainement conjoint entre les fusiliers marins mozambicains et l’équipe de visite du Floréal simulant l'équipage d'un bâtiment contrôlé a notamment permis de développer la coopération entre nos deux Marines. Enfin, le point d'orgue de cette coopération a été  l'embarquement d’un officier mozambicain pour une patrouille de quelques jours à bord de la frégate française.

Dans un contexte marqué par des projets d'exploitation gazière au large du Mozambique, la montée en puissance de la Marine mozambicaine revêt une importance particulière. Ces activités de coopération entre la frégate de surveillance Floréal et les forces armées mozambicaines, menées en soutien de la Mission de Défense de Maputo, contribuent à renforcer les liens entre riverains de l'océan Indien.

Les 1 700 militaires déployés aux FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Les FAZSOI constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère des armées

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer