E=MC19 - Entrainement cyber de haute intensité

Publié le 11 Décembre 2019 à 11:05

© Marine nationale

Commencé depuis le mois de novembre, l’exercice E=MC19 est un exercice cyber de grande ampleur. Son but est d’entraîner les marins susceptibles d’être confrontés, dans leur environnement de travail, à une attaque cyber. Cela concerne les administrateurs et les utilisateurs de systèmes numériques (systèmes de communication, systèmes métiers et réseaux d’automates) de la Marine Nationale.

 

De plus en plus numérisées, les unités doivent faire face à la menace cyber. Leur forte empreinte numérique et en particulier sur les bâtiments récents, nécessite une vigilance accrue. En plus d’être numérisés pour leur fonctionnement courant, les bâtiments sont plus que jamais liés aux réseaux de télécommunications, indispensables en opérations.

 

E=MC19 s’agrège ainsi à l’entrainement majeur de maintien des qualifications du groupe aéronaval (GAN) PEAN 19, permettant ainsi d’entrainer les unités navales composant le groupe aéronaval et leurs équipages à opérer dans des conditions de menaces cyber réalistes.

Pour l’exercice PEAN 19, un détachement du Centre Support Cyberdéfense (CSC) embarque à bord du porte-avions Charles de Gaulle. Cette présence est primordiale car elle permet aux cyber-combattants de prendre en compte le contexte opérationnel dans lequel évoluent les unités afin d’adapter au mieux leurs réponses aux diverses menaces.

 

Le détachement du CSC intègre donc l’état-major embarqué afin de conseiller le commandement de l’état-major du GAN, d’où il mène la direction de la cyberdéfense. L’équipe de cyber-combattants embarqués conduit la lutte informatique défensive. Pour ce faire, ils s’appuient sur l’aptitude de chaque unité à mettre en œuvre les capacités suivantes : détection et classification, contre-mesures et restauration.

 

A propos du CSC

Le Centre Support à la Cyberdéfense : une unité opérationnelle spécialiste de la lutte contre les menaces cybernétiques

Le Centre Support à la Cyberdéfense (CSC) a été créé en 2015 pour prendre en compte l’émergence des nouvelles menaces cyber sur les théâtres d’opérations maritimes. Placé sous l’autorité d’ALCYBER, l’autorité cyberdéfense de la marine nationale, ce centre d’expertise, rattaché à la Force d’action navale, a pour mission de fournir à l’ensemble des forces de la Marine des capacités de défense dans ce nouveau domaine de lutte à part entier. La mission première du CSC est de permettre aux unités opérationnelles de la Marine (bâtiments de surface, sous-marins, aéronefs) de se défendre contre toute menace potentielle cybernétique : aussi bien à terre qu’en mer, en entraînement comme en opération.

Pour mener sa mission, le CSC s’appuie sur des personnels civils et marins spécialistes, véritables cybercombattants, capables de détecter, identifier et traiter les menaces. Ayant une expérience opérationnelle et une expertise technique (brevet de maîtrise ou ESSI pour les officiers), la majorité de ces experts sont issus d’un cursus SIC mais peuvent aussi être des spécialistes des automates. Formés, qualifiés et opérationnels, ces marins sont capables d’intervenir sur tous les océans du monde où sont déployés nos unités.

 

Chiffres 2019 du CSC :

-          2 antennes (Brest & Toulon)

-          38 marins et personnels civils

-          220 jours de mer

-          7 millions d’évènements cyber traités par la cybersurveillance

-          17 interventions (levées de doute, groupes d’intervention cyber, groupes d’intervention préventif) et le 1er pentest (test d’intrusion)

-          122 actions d’entraînement

-          8 déploiements de solutions de cybersurveillance (FREMM/PA/CTM/RIFAN)

-          7 participations à des exercices interarmées et internationaux

 

L’Enseigne de vaisseau Damien, combattant du cyber-espace et protecteur du groupe aéronaval

L’Enseigne de Vaisseau Damien, 25 ans, a rejoint les équipages de la Marine nationale en 2018 pour, « Travailler dans le domaine passionnant qu’est la cyberdéfense, au cœur même de l’action des opérations maritimes militaires ». Actuellement officier de lutte en cyberdéfense, il embarque dans le cadre de l’exercice PEAN 19 à bord du porte-avions Charles de Gaulle, où il occupe le poste de Cyber Warfare Coordinator (CyWC).

À bord du Charles de Gaulle, au sein du détachement cyber, l’officier CyWC (pour Cyber Warfare Coordinator) est principalement chargé de la coordination des différentes actions de cyberdéfense au sein du GAN.

Son rôle à bord : conseiller, protéger et agir. Ses missions consistent à centraliser les différents incidents cybers remontés par les unités du groupe aéronaval, donnant un aperçu de la menace qui pèse sur l’ensemble de la force. Cette vue d’ensemble lui permet ensuite d’établir une classification selon leur degré de gravité et l’impact sur le fonctionnement des unités et des opérations.

Fort de cette analyse globale, il coordonne ensuite les moyens des différentes unités de surface afin de limiter au maximum l’impact des menaces sur le fonctionnement du GAN.

Combattant du cyber-espace, il assure une protection du groupe aéronaval contre des menaces cyber venues de l’extérieur. Comme tout marin embarqué, il agit au sein même des opérations.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 4.3 (4 votes)
Envoyer