Cherbourg - À l’école de la mer

Publié le 10 Décembre 2019 à 11:20

© B.PLANCHAIS - En déplacement à Paris en juin 2018, les mousses de la filière Morestau de Cherbourg avec le chef cuisinier Thierry Marx, parrain de la promotion, dans son école « Cuisine mode d’emploi ».

Mousse, matelot bureautique, gestionnaire des ressources humaines, cuisinier et maître d’hôtel, technicien en radioprotection, atomicien sur sous-marin nucléaire d’attaque… Le site de Querqueville, qui regroupe l’École des fourriers, l’École des applications militaires de l’énergie atomique (EAMEA) et le groupe des écoles de formation initiale de la Marine, est un pôle clé de formation initiale et continue.

 

Former les atomiciens de la Marine

L’EAMEA assure la formation des ingénieurs en génie atomique dans les domaines de la propulsion navale et des armes nucléaires. Elle dispense également des enseignements de sécurité nucléaire. Outre les officiers des trois armées et de la gendarmerie nationale, l’école forme des officiers mariniers et des sous-officiers.

 

L’École des fourriers

Installée depuis 2002 dans l’ancien site du Centre d’instruction navale, l’école des fourriers est une école du service du commissariat des armées à caractère interarmées. Elle forme, notamment :

- des militaires de l’armée de Terre, de la Marine et de l’armée de l’Air aux métiers de l’administration et de la comptabilité, de la gestion des ressources humaines et du secrétariat ainsi qu’a ceux de la restauration et de l’hôtellerie ;

- les spécialistes de la restauration de la gendarmerie nationale.

4 000 élèves et stagiaires, civils et militaires, répartis sur 300 sessions, passent chaque année entre ses murs.

 

Mousses et matelots

La formation des quartiers-maîtres et matelots de la flotte s’effectue, selon leur spécialité, au sein de différents sites (Saint-Mandrier, Hyères, Lorient, Cherbourg…). Celui de Cherbourg assure chaque année la formation d’environ 700 élèves. Depuis 2016, le Groupement des écoles de formation initiale de Cherbourg accueille annuellement une promotion d’une cinquantaine de mousses. Programme, pédagogie, progression : l’enseignement dispensé dans cette antenne est le même que sur le site brestois de l’École des mousses.

Témoignages

Second maître Alexandre
Élève à l’EAMEA

Mécanicien formé à l’École de maistrance, titulaire d’un BTS mécanique et automatisme, j’ai effectué après mon brevet d’aptitude technique (BAT) trois embarquements sur sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) nouvelle génération, au pupitre machine, puis comme rondier. Désireux de travailler sur la conduite des chaufferies nucléaires, j’ai choisi le cursus atomicien, sanctionné par une licence pro reconnue dans le civil. Après cinq mois pour préparer le brevet supérieur (BS) à Toulon, j’ai rejoint l’EAMEA pour huit mois de cours théoriques, dispensés par des professeurs civils et des instructeurs militaires motivés et motivants, qui assurent les remises à niveau nécessaires en maths et en physique en début de formation. À l’EAMEA, j’ai particulièrement apprécié les deux semaines d’échanges avec les ingénieurs de TechnicAtom, qui conçoivent les réacteurs des sous-marins et les trois semaines passées sur simulateur, qui ont permis de mettre en application la théorie. Avant de retrouver Brest et ses SNLE, il me reste encore cinq mois de cours préembarquement à effectuer.

 

Quartier-maître de 1re classe Margaux
Élève à l’École des fourriers

J’ai intégré la Marine en 2014 comme agent polyvalent de restauration, dans la filière matelot de restauration (Morestau), qui permet de se familiariser avec les différents métiers de la cuisine. Sélectionnée au BAT Gecoll (gérant d’établissement de restauration collective) l’an dernier, j’ai rejoint cette année l’École des fourriers pour deux mois de tronc commun et quatre mois de formation spécifique à ma spécialité. J’ai hâte de retrouver la mer à l’issue !

 

Extrait du Cols Bleus N°3084 - Décembre 2019 - Manche-mer du Nord - Une région stratégique pour la Marine

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer