Fin de mission pour l’ATL2

Publié le 9 Décembre 2019 à 12:09

© EMA

Engagé de septembre à novembre sur la base aérienne projetée (BAP) au Levant au sein du pilier « appui » de l’opération Chammal, le détachement Atlantique 2 de la Marine nationale a quitté le théâtre le 29 novembre dernier.

Spécialiste de la lutte anti-sous-marine, cet avion de 40 tonnes initialement conçu pour des missions de patrouilles maritimes a utilisé ses capacités au profit de missions ISR (Intelligence, Surveillance and Reconnaissance) dont l’objectif sur ce théâtre est de détecter et d’identifier les activités des combattants de Daech.  Polyvalent, il est également capable d’intervenir dans des missions de CAS (Close Air Support – appui aérien rapproché). La soute modulaire de l’aéronef permet d’embarquer plusieurs bombes guidées laser pour effectuer des frappes d’opportunité.

Engagé auprès des Rafale de la base aérienne projetée, cet aéronef est venu compléter les missions de renseignement et de surveillance conduites au sein de l’opération Chammal.

Avec 59 sorties et plus de 413 heures de vol, l’Atlantique 2 a contribué à la réduction des capacités militaires de Daech.

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l'opération Chammal représente le volet français de l'Opération Inherent Resolve (OIR) au sein d’une coalition de 80 pays et organisations. A la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l'opération Chammal vise, à apporter un soutien militaire aux forces locales engagées dans le combat contre Daech sur leur territoire. L'opération Chammal repose sur deux piliers complémentaires : un pilier " appui " destiné à appuyer les troupes engagées au sol contre Daech et à frapper les capacités militaires de Daech ; un pilier " formation" au profit des forces de sécurité irakiennes. A ce jour, le dispositif complet de l'opération Chammal compte près de 1 000 militaires. Il comprend également plus d’une centaine de militaires projetés à Bagdad pour la formation et le conseil des états-majors et unités irakiennes.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère des armées

Vos réactions: 
Moyenne: 4.7 (3 votes)
Envoyer