Des marins prêts au combat - Une préparation opérationnelle exigeante

Publié le 21 Octobre 2019 à 14:28

© FORFUSCO / Marine nationale - Après avoir acquis en dojo les bases des sports de combat, les marins en formation CTOM appliquent ces techniques dans un environnement progressivement au plus proche du réel.

Une préparation opérationnelle exigeante

Être apte à remplir sa mission en tous lieux et en toutes circonstances est le premier devoir de tout militaire. Le marin ne déroge pas à la règle. Pour faire face aux situations éprouvantes qu’il ne manquera pas de rencontrer, il doit donc concevoir l’acquisition et le maintien d’une solide condition physique et mentale comme un impératif. C’est cette préparation qui lui permettra en effet d’être déployé loin, longtemps et dans un contexte exigeant voire de combat.

S’adapter aux spécificités du marin

Quels que soient ses rôles, le marin en mission est soumis à de multiples contraintes physiologiques. Or, comme le précise le médecin en chef Jean-Michel, de la cellule plongée humaine et intervention sous la mer, la pratique d’une activité physique et sportive régulière et adaptée est le meilleur moyen de reproduire un environnement contraignant sur le plan physiologique pour entraîner le corps à s’y adapter. Les séances ciblées de renforcement musculaire permettent par exemple aux plongeurs, une fois déployés, de déplacer un matériel lourd, ou aux pilotes de Rafale Marine de consolider leur posture dans le cockpit ; les activités de cardio-training ou la course à pieds entraînent les fusiliers marins et les plongeurs à soutenir des efforts cardio-respiratoires intenses… La pratique du sport dans la Marine se veut également au plus proche de ce que le marin pourra rencontrer sur le terrain. C’est par exemple dans cette optique que les moniteurs EPMS ont créé, pour les commandos Marine, le combat total opérationnel Marine (CTOM) qui, s’appuyant sur les bases techniques des sports de combat, se pratique dans un environnement réaliste, en équipe et avec l’équipement dont sont chargés les commandos Marine en opération.

Renforcer sa rusticité

Dans le cadre de la mise en condition opérationnelle (MECO) et de la remise à niveau opérationnel (RANO) chaque équipage doit suivre une préparation physique et mentale du combattant (PPMC) aux centres d’aguerrissement inter-organiques (CAIO). « Y est reproduit tout contexte dégradé qu’un marin pourra retrouver au combat » explique le premier maître Ludovic, chef de la section aguerrissement-EPMS de la division entraînement de la force d’action navale. L’objectif est de rappeler à chaque marin les conditions naturelles dans lesquelles il évolue et qui peuvent rapidement se transformer en obstacle insurmontable s’il ne s’est pas préparé à y faire face.

Polyvalents, les CAIO participent aussi à la préparation physique opérationnelle spécifique des équipes de visite et des brigades de protection. Tout cela, à la demande le plus souvent des commandants d’unité : « nous sommes à leur disposition et nous nous adaptons à leurs besoins » résume le premier maître Ludovic.

Extrait du magazine Cols bleus n°3082 - octobre 2019 - Aguerrir - Préparer les marins au combat

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer