Opération de police des pêches au large de la Martinique

Publié le 1 Août 2019 à 17:30

© EMA

Du 26 au 28 juin, une opération inter-administrations de police des pêches a été coordonnée par la direction de la mer de la Martinique dans plusieurs zones de cantonnement et de pêche interdites.

Cette opération, qui a notamment impliqué le Remorqueur Portuaire Côtier Maïto de la Marine nationale, l’Unité Littorale des Affaires Maritimes Thazard et des plongeurs de la brigade nautique de la gendarmerie du Marin, a permis le relevage et la destruction de vingt-cinq casiers illicites. En amont, un repérage par un drone sous-marin de la direction régionale des garde-côtes (DRGC) Antilles-Guyane avait également permis d'investiguer certaines zones de travail.

Cette mission, qui s'inscrit dans le cadre du plan régional de contrôle des pêches et de protection de l'environnement marin, est depuis cette année également portée au sein du comité opérationnel de lutte contre la délinquance environnementale (COLDEN). Ce comité à l’échelle régional est établi conjointement par le préfet de la Martinique et le Procureur de la République auprès du tribunal de grande instance de Fort-de-France.

Les opérations du COLDEN ont pour objectif d’améliorer la coordination entre les différentes entités de l’action de l’état en mer. Grâce à leurs capacités spécifiques, sur sollicitation de la préfecture de Martinique et en lien avec les autres services de l’Etat concernés, les FAA contribuent à ces interventions au titre de leur mission de police de pêche, en vue de lutter contre la pêche illégale.

Les 1 000 militaires des FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils constituent un dispositif interarmées de premier plan sur le théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane. Aux Antilles, les forces armées assurent des missions de souveraineté et de coopération régionale, et conduisent trois missions spécifiques : l’action de l’Etat en mer, sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer ; le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone ; la participation à une opération militaire dans un environnement national ou multinational comme à une évacuation de ressortissants.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère des armées

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer