Accouchement en vol dans un hélicoptère de la 35F basé à Tahiti

Publié le 5 Juillet 2019 à 16:11

© Marine nationale

Jeudi 4 juillet 2019, à 03h55, le détachement de la Flottille 35F basé à Tahiti reçoit un appel du Centre Opérationnel de Tahiti (COT) pour une mission d’évacuation médicale. Une femme enceinte doit être évacuée vers le Centre Hospitalier de Polynésie Française (CHPF) de Taaone.

Peu après l’appel, l’équipe médicale d’alerte arrive au détachement et en compagnie de l’équipage du Dauphin N3+, ils décollent en direction de Bora Bora, où se trouve la patiente. Arrivé sur place à 5h56, la patiente est prise en charge par l’équipage. 20 minutes plus tard, l’hélicoptère redécolle, mais après seulement 7 minutes de vol, le bébé décide de pointer le bout de son nez.

C’est donc à bord de l’hélicoptère Dauphin N3+ de la Marine nationale et en plein vol, que l’accouchement a lieu. La mission est alors réajustée, accompagnée des cris du nouveau-né. La jeune maman et son bébé sont accueillis par les pompiers au dispensaire de Raiatea afin d’être pris en charge.

Un moment unique et rare, dans la carrière de nos marins du ciel mais aussi, à n’en pas douter, pour cette jeune maman et son bébé.

L’histoire ne dit pas quel lieu de naissance sera mentionné sur l’état-civil du nouveau-né.

Le 10 juin dernier, la Flottille 35F, qui vient de fêter ses 40 ans d’existence, s’était déjà illustrée, cette fois-ci par son détachement de La Rochelle. L’équipage du Dauphin avait sauvé une femme enceinte à bord d’un voilier au large des côtes dans des conditions climatiques difficiles.

Même si ces actes ne sont pas banals, ils n’ont rien de rare pour ces marins. Rien qu’au cours de l’été 2018 par exemple, 24 personnes avaient été secourues par les hélicoptères de la Marine nationale.

Tout au long de l’année, ces marins, comme d’autres en mer, sous la mer, dans les airs ou sur la terre, veillent à la protection et à la sécurité des Français 24 heures sur 24. La Flottille 35F compte, elle,  170 marins du ciel et dispose de détachements et d’hélicoptères sur les trois façades maritimes métropolitaines (Hyères, La Rochelle, Le Touquet) ainsi qu’en Polynésie française. Son savoir-faire dans le domaine du secours maritime permet à ses équipages de porter secours à 200 personnes en moyenne chaque année. Ce jeune passager sait donc qu’il peut dormir tranquille : ses anges-gardiens veillent.

Vos réactions: 
Moyenne: 4.4 (7 votes)
Envoyer