La Seine se jette dans l’Amazone

Publié le 7 Juin 2019 à 12:05

© Marine nationale

Après avoir traversé l’océan Atlantique avec le groupe Jeanne d’Arc  et avant de poursuivre son déploiement de longue durée, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Seine a remonté fin mai, une partie du fleuve Amazone.

Cette navigation hors du commun a permis de tester les capacités du bâtiment à opérer en eaux turbides et saumâtres mais également de redécouvrir un fleuve que les unités de la Marine nationale n’avaient pas fréquenté depuis quelques années. Les courants, les troncs d’arbre, les hauts fonds ainsi que les nombreuses barges et pêcheurs ont rendu la navigation particulièrement délicate. Cet environnement marin inhospitalier et inhabituel a conduit l’équipage à  accroître sa vigilance et sa réactivité.

Il est impensable de naviguer dans l’Amazone sans l’expertise de l’un des 150 pilotes du fleuve. En effet, les fonds  évoluent sans cesse sous l’influence des courants  et de la montée des eaux pendant la saison des pluies (8 mètres). Les mises à jour des cartes électroniques ne suivent malheureusement pas le rythme de ces transformations naturelles. Ainsi quelques îles cartographiées laissent souvent place, en quelques mois, à des profondeurs de 30 m.

Après avoir parcouru près de 600 nautiques sur un des plus grands fleuves au monde et réalisé une courte halte à Santarém, la Seine a fait  route vers les côtes guyanaises.

La Seine, livrée début mars, est le troisième bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) d’un programme de quatre navires destinés à la Marine nationale.

Ce nouveau bâtiment vient renforcer et moderniser les capacités de la Marine nationale. Navire extrêmement polyvalent, le BSAM est conçu pour mener trois types de missions : soutien des forces (remorquage de bâtiments de fort tonnage, accompagnement et soutien au profit de sous-marins, ...),  sauvegarde maritime (personnes, biens, environnement, police) et  tâches de soutien de région  (remorquage d’engins, travaux d’ancrage et d’entretien des coffres d’amarrage, relevage d’épaves,…).

Vos réactions: 
Moyenne: 4.7 (3 votes)
Envoyer