Le groupe Jeanne d’Arc mène un exercice d’ampleur avec la Marine brésilienne

Publié le 22 Mai 2019 à 15:54

© EMA

Après son escale à Rio de Janeiro, le porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre et la frégate (FLF) La Fayette ont réalisé une manœuvre conjointe avec la Marine brésilienne le 7 mai 2019 au cours de la mission Jeanne d’Arc.

Cette série d’activités de préparation opérationnelle a débuté tôt dans la journée par des évolutions tactiques au large des côtes brésiliennes rassemblant, autour des bâtiments français, le porte-hélicoptères Atlantico, les frégates Constituicão, Liberal et Independencia, et le patrouilleur hauturier Apa.

En même temps que le La Fayette poursuivait avec des présentations de ravitaillement à la mer, des manœuvres aviations et des communications par signaux avec les bâtiments et deux hélicoptères brésiliens, un débarquement amphibie franco-brésilien a lieu dans l’après-midi sur une plage de la presqu’île de Marambaïa.

La veille, des forces avancées franco-brésiliennes constituées d’une partie de l’équipe de défense et d’interdiction maritime (EDIM) et de fusiliers brésiliens avaient déjà investi la plage pour « neutraliser » des objectifs simulant l’ennemi et permettre aux bâtiments amphibies de s’approcher.

Le jour J, l’engin de débarquement amphibie rapide (EDAR)  a d’abord débarqué un détachement du 1er régiment étranger du Génie qui a préparé le terrain pour l’arrivée des chalands de transport maritime. C’est ainsi que les soldats du régiment d’infanterie de chars marine  et du 6e régiment du Génie ont pu débarquer à leur tour accompagnés de forces brésiliennes pré positionnées à bord du PHA Tonnerre avec leurs véhicules.

Le débarquement a eu lieu aux côtés du Marambaia et des véhicules amphibies provenant de l’Almirante Saboia. L’ensemble de cette manœuvre tactique amphibie s’est faite sous la protection des deux gazelles de l’aviation légère de l’Armée de terre embarquées dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc.

Après de nombreuses activités croisées pendant l’escale et une intégration complète de 80 Fuzileiros Navais à l’équipage du Tonnerre, cette journée aura permis aux marines française et brésilienne de renforcer leur coopération et de partager leurs connaissances sur l’amphibie et les méthodes de débarquement mais sur le  déminage, le secourisme de combat et le tir sur armes légères.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

 

A propos de la mission Jeanne d'Arc 2019

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer