Lanester : dernière cérémonie de tradition de l’année pour l’Ecole des fusiliers marins

Publié le 7 Décembre 2018 à 11:21

© Marine nationale

Le 30 novembre dernier à Lanester dans le Morbihan, s’est déroulée la dernière cérémonie de tradition annuelle de l’école des fusiliers marins de Lorient.

 

Cette cérémonie, présidée par le contre-amiral Christophe Lucas, commandant la Force maritime des fusiliers marins et commandos, et en présence de madame Thérèse Thierry, maire de Lanester, et de madame Sinquin, sous-préfète du Morbihan, a permis de mettre à l’honneur 150 marins, pour certains élèves fusiliers, pour d’autres nouveaux fusiliers marins en sortie de cours, ou encore nouveaux décorés, sur les rangs. Comme pour chacune des quatre cérémonies annuelles, le capitaine de vaisseau Laurent Martin, commandant l’Ecole des Fusiliers Marins, a passé les troupes en revue avant l’étape symbolique de la présentation au Drapeau du 1er Régiment de fusiliers marins, dont l’école est la gardienne.

 

La promotion n°52 du cours de quartiers-maitres de la Flotte est ensuite baptisée « Matelot Jean-Louis Guiguen », honorant ainsi l’un des matelots mort au combat pendant la bataille de Dixmude, le 10 novembre 1914. Les autorités présentes ont ensuite remis aux élèves de ce cours les fourragères aux couleurs de la Légion d’Honneur et de la Croix de la Libération, destinées à leur rappeler les actions d’éclat et de bravoure de leurs anciens.

 

Quatre fusiliers marins commandos ont reçu la médaille militaire et la Croix de la Valeur militaire. Enfin, les 31 nouveaux commandos venant de terminer le 150ème stage opérateur commando, au terme de 12 semaines d’efforts intenses, à la fois physiques et psychologiques, étaient à l’honneur et se sont vus remettre leurs bérets verts, épinglé du badge du 1er bataillon de fusiliers marins commandos. Preuve que le stage commando est ouvert à toutes les spécialités de la Marine, parmi les nouveaux brevetés, outre les 25 fusiliers marins qui restent la spécialité majoritaire, on compte un infirmier, un plongeur-démineur, deux marins-pompiers et un manœuvrier. Comme le veut la tradition, seul un béret vert peut remettre un béret à un nouveau commando. Aussi certains reçoivent leur béret des mains de leurs instructeurs, de leurs autorités, ou, pour quatre d’entre eux, de leur propre père.

 

A lire aussi : Fusiliers marins et commandos : une force engagée www.colsbleus.fr/articles/10249

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer