Pearl of the West 2018 – La frégate Cassard s’entraine aux cotés de la marine koweitienne dans le golfe arabo-persique

Publié le 30 Novembre 2018 à 11:08

©EMA

Le 26 novembre 2018, la frégate anti-aérienne (FAA) Cassard a quitté le port de Koweït City, où elle avait accosté quatre jours plus tôt, pour débuter une série de manœuvres avec la marine koweïtienne dans le cadre de sa participation à l'exercice bilatéral Pearl of the West.

En mer, le Cassard est rejoint par un patrouilleur, le Qarroh et deux vedettes rapides koweïtiennes, les Al-Bateel 4 et 10. Les bâtiments se regroupent dans la formation ordonnée par le Cassard selon des procédures conjointes avant de procéder à des manoeuvres tactiques.

Les conditions sont alors réunies pour le décollage de l’hélicoptère français Panther depuis le Cassard. Il doit assurer sa mission de TAG (touch and go) sur l'Al-Dorrar, un bâtiment koweïtien. Cet exercice consiste à multiplier les appontages sur le navire et permet aux équipages de l’hélicoptère comme du navire, français et koweïtiens, de manœuvrer ensemble et d’éprouver leurs équipements dans le cadre d’une action commune.

Une simulation de lutte asymétrique de nuit est ensuite jouée par les deux marines. Dans ce scénario, le Cassard et le Qarroh sont pris pour cible par trois vedettes rapides. Les marins des deux nations doivent détecter au plus vite ces embarcations menaçantes en croisant leurs données respectives. L’objectif est de mettre en commun des informations et des procédures d’identification en vue d’accroître l’interopérabilité entre les deux armées dans un contexte d’opération conjointe.

Pour conclure cette série d’exercice, l’Al-Bateel 10 se présente à tribord du Cassard afin de procéder à un transfert d’hommes et de cargaison, appelé transbordement. Les deux navires se mettent bord à bord tout en poursuivant leur progression. Quatre militaires français passent alors du Cassard à l'Al-Bateel 10 en utilisant une échelle de corde. La manœuvre effectuée, l'Al-Bateel 10 rentre à sa base navale alors que le Cassard s'éloigne en mer.

Ainsi, dans le cadre de l’exercice Pearl of the West, les marines françaises et koweïtiennes ont pu réaliser ensemble toute une série de manœuvres conjointes et établir autant de procédures communes indispensables à l’interopérabilité des deux armées.

Pearl of the West 2018 est un exercice bilatéral interarmées mené par les forces armées françaises et koweïtiennes du 17 au 29 novembre à travers le Koweït. S'inscrivant  dans le cadre de la coopération entre nos deux pays en matière de défense, cet exercice majeur se tient tous les quatre ans. Cet exercice, qui s’inscrit dans le cadre de l’accord de coopération en matière de défense signé en 2009 entre la France et le Koweït, met en valeur la coopération engagée par nos deux pays et témoigne du bon niveau d’interopérabilité atteint par leurs forces armées.  « Pearl of the West » mobilise 1600 militaires des deux armées ainsi que des moyens terrestres, maritimes et aériens conséquents.

Majoritairement armé par les forces françaises stationnées aux Émirats arabes unis (FFEAU), Pearl of The West témoigne par ailleurs de la capacité de projection française dans la région et de la pertinence de ce dispositif.
Fortes d’environ 700 militaires, les FFEAU ont pour missions d’exercer le contrôle opérationnel de ses moyens, de développer et animer la coopération opérationnelle bilatérale et d’appuyer les moyens militaires déployés dans la région Moyen-Orient et le Nord de l’océan Indien. Les FFEAU contribuent à la stabilisation et au maintien de la paix dans les 14 pays de sa zone de responsabilité permanente, région particulièrement sensible qui s’étend de la Jordanie au Bangladesh.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer