Première mission dans les îles australes pour le patrouilleur polaire L’Astrolabe

Publié le 19 Juillet 2018 à 11:54

© Marine nationale

Parti le 11 juin 2018 de son port base à Port-des-Galets (La Réunion), et mené par l’équipage B1, le patrouilleur polaire L’Astrolabe a accosté à La Réunion le 20 juillet de retour de sa première mission de surveillance dans les îles australes du sud de l’océan Indien. Cette mission l’a conduit à Cap en Afrique du Sud, puis dans les zones économiques exclusives (ZEE) des trois districts austraux des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) : Crozet, Kerguelen et Amsterdam.

Pendant sa patrouille de surveillance des pêches dans les quarantièmes rugissants2 et les cinquantièmes hurlants3, le renfort d’un prévisionniste météorologiste du Centre d’expertise METOC4 a été précieux pour optimiser les courtes fenêtres météo favorables pour passer à proximité de chacune des bases.
Quelques sacs de courrier ont ainsi été livrés par embarcation aux hivernants, sevrés de visites depuis le dernier passage du Marion Dufresne au mois d’avril. Les scientifiques, militaires et techniciens des bases ont pu, apercevoir la silhouette rouge caractéristique de L’Astrolabe. Celle-ci a abondamment inspiré le peintre Philippe Gloaguen, embarqué pendant la mission, et un livre est en préparation. 

Admis au service actif récemment, L’Astrolabe renforce désormais les frégates de surveillance Floréal et Nivôse dans la mission de patrouille en zone TAAF. Habitué des rudes climats antarctiques pour la mission logistique Antarctique en été, L’Astrolabe est dédié aux patrouilles dans les subantarctiques en hiver austral en remplacement de L’Albatros, désarmé en 2015.

 

1 L’Astrolabe, à l’instar des bâtiments de soutien de la Marine (type B2M, BSAH) dispose d’un double équipage (A et B) garantissant son haut niveau de disponibilité opérationnelle durant toute l’année (env. 80%)

2Nom donné par les marins aux latitudes situées entre les 40e et 50e parallèles dans l’hémisphère Sud, appelées ainsi en raison des vents forts établis, venant majoritairement de l’ouest. 

3Nom attribué aux latitudes situées entre le 50e et 60e parallèle dans la zone de l’océan Austral, proche de l’Antarctique et étroitement lié aux climats que l’on trouve dans cette région : vents violents et mer souvent grosse.

4 Le Centre d’expertise de météorologie et d’océanographie de la Marine (COMMETOC) est une unité rattachée sous le commandement d’ALFAN, commandant la Force d’action navale. Elle apporte soutien et renfort pour l’ensemble des unités de la Marine en matière de météorologie.

 

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer