Cephismer - Les spécialistes des abysses

Publié le 9 Juillet 2018 à 17:13

© C. Luu / Marine nationale

Rattachée à l’état-major de la Force d’action navale et héritière de l’histoire et des savoirs des trois « Mousquemers » - le lieutenant de vaisseau Philippe Taillez, l’enseigne de vaisseau de 1re classe Jacques-Yves Cousteau et l’ingénieur Frédéric Dumas -, la Cellule de plongée et d’intervention sous la mer (Cephismer) est une entité spécialisée dans le domaine de la plongée. Les 46 marins et civils de la défense qui la composent « veillent à la sécurité des opérations de plongée humaine dans les armées et mettent en œuvre des systèmes d’intervention jusqu’à 2 000 m », précise le capitaine de vaisseau Bertrand, chef de la Cephismer. La plongée n’est pas sans risque. « Le facteur humain est très important, insiste le commandant, car le plongeur pilote un véhicule qui est son propre corps. Aussi, ajoute-t-il, notre objectif est de réduire au maximum le risque avant et pendant  la plongée et de prendre en charge le plongeur au plus tôt, en cas d’accident, afin d’en réduire les conséquences. Il y a une grande part de prévention et de maîtrise des risques dans ce domaine. L’excellence de la formation, l’adaptation de nos procédures aux risques, l’entraînement, la qualification de nos plongeurs et l’entretien de notre matériel réduisent fortement les risques. »

 

Des tests au quotidien

Des risques encore plus diminués par le professionnalisme et la rigueur du service santé. « Le service de santé est la meilleure sécurité pour le plongeur militaire, explique Jean-Michel Pontier, médecin en chef à la Cephismer. Avec l’équipe de santé, dont les infirmiers hyperbaristes, nous participons à la veille technologique du nouveau matériel, l’élaboration des procédures, l’évolution de la doctrine. »

Au quotidien, les experts de la plongée testent les matériels de plongée en service ou des nouveaux matériels pour vérifier leur efficacité et voir concrètement, en plongée, s’ils répondent aux besoins des plongeurs. Le tout en reconstituant les conditions d’une plongée opérationnelle en mer ou au sein d’un caisson hyperbare humide. « L’année dernière, nous avons conduit une expédition de plongée sous glace à Tignes par des températures négatives, dans le but de travailler sur la résistance au froid des hommes et du matériel en vue du déploiement de L’Astrolabe en Antarctique », illustre le commandant.  

 

Une vocation scientifique    

La Cephismer a également une vocation scientifique. « Nous contribuons à faire avancer la science dans le domaine de la plongée humaine en mettant en relation des plongeurs expérimentés avec les médecins experts de la plongée. » Le travail, en collaboration avec le Service de santé des armées (SSA), permet l’analyse du retour d’expérience afin de réduire au maximum les risques inhérents au métier.

En plus de visiter régulièrement les unités employant des plongeurs, une section rédige également la doctrine et l’améliore continuellement selon les remontées des unités. Le contact est permanent sur le terrain pour accompagner les plongeurs des armées dans la compréhension de la documentation. En somme, la Cephismer est le garant de la cohérence et de la pertinence technique en matière de plongée militaire, dans un cadre maîtrisé.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer