La Marine en escale à Toulouse

Publié le 30 Mai 2018 à 11:08

© Marine nationale

L’édition 2018 de « La Marine en escale » aura lieu, les samedi 2 et dimanche 3 juin, au Port Viguerie à Toulouse sur les bords de la Garonne. Une occasion unique pour les Toulousains d’embarquer pour quelques heures dans l’univers de la Marine nationale et de partager avec les marins le goût du large et de l’aventure sur toutes les mers du monde !

Dossier de presse

 

Certains marins sont nés, ont vécu ou sont tout simplement originaires de Toulouse. Découvrez leur parcours et leur lien avec la ville rose

 

CF Olivier

CB : Comment avez-vous connu la Marine ?

CF Olivier : Après des études au lycée Raymond Naves, j’ai  suivi des classes préparatoires au lycée militaire d’Aix-en Provence où j’ai pu découvrir les trois armées dont la Marine.

CB : Quel a été votre parcours depuis la signature de votre engagement jusqu’à aujourd’hui ?

CF Olivier : J’ai intégré l’École navale en  1997. Après l’école d’application sur le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, j’ai été sélectionné pour faire pilote et ai donc suivi un cursus de formation dans l’armée de l’Air, de Salon-de-Provence à Avord, sur différents types d’appareil. De retour sur la base d’aéronautique navale de Nîmes-Garons en 2003, j’ai été formé pilote sur un avion de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL2) à la flottille 21F. J’ai ensuite effectué une carrière complète sur ATL2, de copilote à commandant de bord, et ai commandé la flottille 23F à Lann-Bihoué. Pendant cette période, j’ai été déployé sur de nombreux théâtres d’opérations en Afrique et au Moyen-Orient. J’ai également été directeur d’une promotion à l’École navale. J’ai ensuite réussi le concours de l’École de guerre et rejoint Paris. Très motivé pour revenir sur les bâtiments de surface, j’ai été affecté comme commandant adjoint opérations sur le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre en 2016. Je suis actuellement commandant en second de la frégate anti sous-marine Jean de Vienne et prendrai prochainement le commandement d’une frégate type La Fayette.

CB : Avez-vous encore des attaches familiales à Toulouse et êtes-vous fier que la Marine fasse escale dans votre ville d’origine ?

CF Olivier : Oui, mon frère et ma sœur ainsi que ma grand-mère et mes beaux-parents vivent encore dans l’agglomération toulousaine. J’y ai également de nombreux amis d’enfance. C’est toujours un plaisir de revenir dans ma ville natale. C’est une très bonne initiative de la Marine de faire escale à Toulouse et je suis sûr que les toulousains viendront nombreux à cet évènement.

 

EV1 Alizée

CB : Comment avez-vous connu la Marine ?

EV1 Alizée : La Marine s’est présentée à moi après mon Master d’océanographie. Je l’ai envisagée au détour d’une conversation avec ma maman et en me renseignant sur le site etremarin.fr. J’y ai découvert par curiosité les métiers qu’elle proposait, les objectifs de carrière, les opportunités de responsabilité.

CB : Quel a été votre parcours depuis la signature de votre engagement jusqu’à aujourd’hui ?

EV1 Alizée : Mon parcours a débuté par une année à l’école navale située à Lanvéoc Poulmic où j’ai pu y apprendre les bases du métier d’officier. J’y ai également connu mes amis les plus proches. J’ai ensuite été affectée 2 ans sur le bâtiment hydrographique  Laplace basé à Brest, ceci m’a permis entre autres de naviguer outre atlantique. Une fois mon brevet chef de quart obtenu, je suis retournée sur les bancs de l’école pour choisir la spécialité de SIC (système d’information et de communication) et suivre le module OQO (officier de quart opérations). A la fin de cette période au CIN (centre d’instruction naval) de St Mandrier j’ai été affectée sur le bâtiment de commandement et de ravitaillement Var basé à Toulon, en tant que chef de service SIC puis COMOPS (commandant adjoint opérations), m’ayant amené jusque dans le golfe arabe persique. Au terme de ces 2 années j’ai effectué une année au Bureau de communication régionale de la préfecture maritime de Toulon.

CB : Avez-vous encore des attaches familiales à Toulouse et êtes-vous fière que la Marine fasse escale dans votre ville d’origine ?

EV1 Alizée : Non, mes parents ne sont plus dans ce département mais toujours dans la même région. En revanche des amis de longue date sont encore présents. Au-delà d’être fière je suis ravie que la Marine se déplace dans des villes éloignées du littoral, les mentalités sont moins ouvertes aux métiers de la mer car tout simplement moins sensibilisées. Je me serais certainement engagée plus tôt si j’avais eu connaissance de cette institution dans ma jeunesse.

 

EV1 Barbara

CB : Comment avez-vous connu la Marine ?
EV1 Barbara : A l’occasion de réunions d’informations mensuelles organisées par le Pôle emploi cadre de ma région, j’ai pu assister à celle dispensée par le CIRFA de Toulouse relative aux emplois cadres ouverts au sein de la Marine nationale. C’était une découverte totale des métiers et du monde des armées mais aussi un véritable coup de cœur !

CB : Quel a été votre parcours depuis la signature de votre engagement jusqu’à aujourd’hui ?
EV1 Barbara : Engagée depuis février 2017 en tant qu’officier sous contrat état-major et en poste au sein de l’antenne cadre supérieurs de l’Agence de reconversion de la Défense, connue également sous le nom de Défense mobilité. J’accompagne depuis plus d’un an maintenant les officiers supérieurs dans leur démarche de transition professionnelle, dans leurs projets de création/reprise d’entreprise, recherche d’emploi dans le secteur privé mais également dans la fonction publique.
En parallèle, j’ai suivi une formation pour devenir animatrice Journée Défense Citoyenne pour sensibiliser les plus jeunes aux métiers et au rôle des armées et aux enjeux liés au contexte national et international actuel.

CB : Avez-vous encore des attaches familiales à Toulouse et êtes-vous fière que la Marine fasse escale dans votre ville d’origine ?
EV1 Barbara : La majeure partie de mes proches, amis et famille, résident à Toulouse ou dans la région Occitanie. J’y ai donc des attaches fortes et suis très attentive aux évolutions de ma ville et à son dynamisme. Je suis bien évidemment très fière de voir que la Marine fait escale dans la ville rose.

 

MP Eric

CB : Comment avez-vous connu la Marine ?
MP Eric : Mon père a été marin pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a débarqué en Sicile, en Afrique du Nord et en Provence à bord de La Moqueuse. C’est donc tout naturellement que j’ai été « baigné » dans l’univers de la Marine, ce qui m’a donné envie de m’engager.

CB : Quel a été votre parcours depuis la signature de votre engagement jusqu’à aujourd’hui ?
MP Eric : Je me suis engagé dans la Marine avec la spécialité de timonier puis ai changé pour guetteur sémaphorique. Aujourd’hui, j’ai 32 ans de service au sein de l’institution. Je suis chef de poste en sémaphore depuis 2003.

CB : Avez-vous encore des attaches familiales à Toulouse et êtes-vous fier que la Marine fasse escale dans votre ville d’origine ?
MP Eric : Je n’ai plus d’attaches familiales sur Toulouse. Je traverse cette belle ville lors de déplacements.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 4.3 (3 votes)
Envoyer