De la mer vers la terre - De l’assaut amphibie à l’intervention humanitaire

Publié le 9 Mai 2018 à 12:01

© Marine nationale

Une Marine en action !

La Marine est engagée sur l’ensemble du spectre : des opérations de police des pêches ou de saisie de drogue à la frappe menée en Syrie. Pour la première fois, des missiles de croisière navale ont été employés en opérations. Cette capacité est le marquant d’une marine de premier rang. Le tir a nécessité un haut niveau de savoir-faire aussi bien à terre pour programmer la trajectoire du missilequ’à bord pour mettre en oeuvre le système d’armes et s’adapter à la situation du moment. En même temps, à des milliers de kilomètres, sur l’immense base américaine d’Oceana, près de Norfolk, les pilotes du groupe aérien embarqué s’entraînent aux côtés de nos alliés américains, avant de rallier le porte-avions USS Bush début mai. Il s’agit d’être prêt quand le Charles de Gaulle reprendra son activité opérationnelle en 2019. Cols Bleus leur consacrera son édition de juin.

Ce numéro met à l’honneur le savoir-faire français dans le domaine amphibie, qui s’appuie sur les capacités polyvalentes du BPC, à la fois porte hélicoptères d’assaut, bâtiment amphibie, navirehôpital et bâtiment état-major. Le déploiement Bois Belleau 100, de novembre à mars, en constitue l’illustration récente. Le capitaine de vaisseau, qui commandait le groupe amphibie, déclarait à ce sujet : « Nous avons démontré notre aptitude à opérer ensemble dans des opérations amphibies complexes. Nous avons partagé nos savoir-faire, nous avons assuré mutuellement notre protection. C’est le signe de la grande confiance qui existe aujourd’hui entre nos armées. »
Dans le domaine opérationnel, les résultats sont là. Un exemple parlant : la quantité de drogue saisie par les moyens de la Marine, sur les douze derniers mois, représente près de 200 millions d’euros, soit l’équivalent de deux Rafales.

À nous d’expliquer et de faire connaître autour de nous la Marine, ses missions et surtout la qualité de ses marins. Nul doute que chaque marin est le meilleur ambassadeur et recruteur de la Marine. Une bonne occasion de le faire : les rendez-vous réguliers que la Marine organise dans les villes non portuaires. Cette année, la Marine « fait escale » à Toulouse les 1er, 2 et 3 juin prochain où chaqueforce sera représentée et l’année prochaine, ce sera la ville de Tours qui accueillera ce grand rendez-vous.

Capitaine de vaisseau Bertrand Dumoulin, directeur de la publication.

 

 

La Marine nationale est un acteur majeur dans le domaine des opérations amphibies. Partenaire de la Force expéditionnaire interarmées franco-britannique (Combined Joint Expeditionary Force, CJEF) initiée par les accords de Lancaster House en 2010, membre fondateur de « l’initiative amphibie européenne », la Marine s’est dotée depuis 2006 d’un état-major de force aéromaritime de réaction rapide, COMFRMARFOR, qui abrite en son sein la cellule interarmées amphibie « N0A » composée d’une douzaine d’officiers supérieurs.

Les opérations amphibies permettent d’utiliser la mer comme un espace de manœuvre et, par projection, de disposer d’un accès privilégié aux zones de crise. Cette capacité permet de réaliser une large palette d’actions : déploiement d’hommes et de matériels, évacuation de ressortissants, interventions humanitaires, opérations spéciales… 

Au plus près ou au plus loin du territoire national. 

Entretien avec le CV François-Xavier, N0A au sein de FRMARFOR « L’amphibie ou la projection de force et de puissance par excellence ! »

Le concept et les moyens - Amphibie, mode d’emploi

 

De Baliste (2006) à Irma (2017) - Les opérations de la mer vers la terre

 

Nécessaire interopérabilité - La préparation opérationnelle

 

Dossier réalisé par Charles Desjardins, l’ASP Marie Morel et l’ASP Alexandre Bergalasse, avec le CR1 Ornella Valls et l’ASP Marine Gauthier

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer