COM Cherbourg - Un trafic intense dans une zone maritime resserrée

Publié le 10 Avril 2018 à 16:13

© CHRISTOPHE HUGÉ/MN - Lorsqu’il est en mer, le patrouilleur de service public (PSP) Cormoran est constamment en liaison avec le COM de Cherbourg.

La Manche-mer du Nord est une zone très resserrée et encombrée. Sur près de 900 km de long, cet espace concentre 20 à 25 % du trafic maritime mondial, avec par an plus de 129 000 navires en moyenne, environ 16 millions de passagers et 800 navires de pêche en activité. Cette façade est bordée par de grands ports internationaux et de nombreuses installations industrielles (5 sites nucléaires et 55 sites Seveso). 

Pour l’année 2017, les trois patrouilleurs de service public (PSP) Cormoran, Flamant et Pluvier ont cumulé 296 jours de mer, dont 224 dédiés aux missions de DMT et d’AEM. Sur ces 224 jours, 150 jours ont été consacrés à la DMT (67 %) et 74 jours (33 %) à l’AEM. En matière de guerre des mines, 637 engins explosifs historiques (soit 27 494 équivalent TNT) ont été détruits l’année passée par le GPD de Cherbourg et les CMT de Brest. 

 

LE COM AU CŒUR DES OPÉRATIONS DE GUERRE DES MINES 

En Manche et mer du Nord, c’est le groupe de plongeurs démineurs (GPD) de la Manche, basé à Cherbourg, et des chasseurs de mines tripartites (CMT), stationnés à Brest, qui opèrent tout au long de l’année en mer en sécurisant les routes maritimes. Par exemple, le CMT Céphée a mené en septembre 2017 des opérations de chasse aux mines et de dépollution dans cette zone maritime. Après avoir relevé, déplacé et neutralisé 9 bombes américaines de type ANM84 de la Seconde Guerre mondiale au large de Dieppe, le bâtiment a détecté, classifié, puis identifié 4 mines historiques allemandes qui pouvaient représenter un danger pour les usagers de la mer. Leur action a lieu en contact permanent avec le COM qui veille à la bonne coordination des informations et s’assure du respect des gabarits de sécurité quand un engin explosif est découvert. 

 

Interview

CF Jean-Yves, commandant du COM Cherbourg

Commandant, quelles sont les missions du COM Cherbourg ? La mission première du COM est d’assurer la permanence à la fois du préfet maritime, du commandant de zone maritime et du commandant d’arrondissement maritime. À ce titre, il est au centre d’un réseau animé par de multiples partenaires militaires et civils, nationaux et internationaux. Parallèlement à ces missions, le Groupe de plongeurs démineurs (GPD) de la Manche et les chasseurs de mines brestois traitent les nombreuses munitions historiques, datant des deux conflits mondiaux, qui sont régulièrement découvertes en mer ou sur le rivage. Dans le domaine du secours à personnes et de l’assistance aux navires en difficulté, en liaison avec les deux CROSS (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) implantés sur la façade, le COM engage et dirige ses moyens militaires (aéronefs, hélicoptères) ou affrétés. 

Quels sont les moyens déployés et les enjeux auxquels vous êtes confronté comme commandant du COM Cherbourg ?   

Si historiquement les moyens déployés sur la façade agissaient essentiellement dans le domaine de l’action de l’État en mer (police des pêches ou de la navigation, assistance à navire en difficulté), dans le nouveau contexte international marqué par le retour des États puissance et la menace terroriste, la défense maritime du territoire (DMT) prend tous les jours une importance croissante. Marquage de transits de navires de guerre russes ou chinois, surveillance des navires d’intérêt suspectés de se livrer à des trafics illicites, surveillance des abords des quatre centrales nucléaires implantées sur le littoral, tel est le quotidien des patrouilleurs militaires cherbourgeois. La menace terroriste étant toujours élevée, le dispositif de contre-terrorisme maritime (CTM) est éprouvé et en alerte permanente. Il se compose d’un dispositif réactif et d’un dispositif préventif. Les équipes de protection des navires à passagers (EPNAP), composées de gendarmes maritimes et/ou de fusiliers marins, sont amenées à patrouiller sur les ferries, sur ordre du préfet maritime.

 

Témoignages

MP Nicolas, chef du COM Cherbourg et rattaché à la cellule N3

« Cela fait 7 ans ½ que je suis au COM Cherbourg, je suis un passionné ! Je suis rentré dans la Marine nationale en 1996, j’ai directement intégré l’équipage de l’aviso Quartier-maître Anquetil en tant qu’électronicien d’armes, avant de rejoindre la frégate lance-missiles Duquesne. Après un passage au CROSS Jobourg en tant que chef de quart, j’ai rejoint le COM de COMNORD après avoir suivi le cours du BM. Au COM, j’ai deux rôles : assurer la conduite des opérations et commander mon équipe de quart composée de mon adjoint et de huit gradés qui tournent en quart. Cette affectation « responsabilisante » valorise mes compétences opérationnelles au quotidien. La cellule J3 conduit et assure le suivi des opérations. La cellule se subdivise par activités : surface, aéronautique, guerre des mines, info nautiques et météo. Ma priorité est la gestion des opérations aéromaritimes et le suivi des navires. Tous les matins, j’arrive à 7 h 15 pour m’imprégner de l’actualité nocturne auprès de l’équipe de quart de nuit, je lis les comptes rendus des événements de la nuit. La semaine est rythmée par deux briefings quotidiens (matin et soir), et un briefing élargi réunissant l’amiral, ses adjoints et les chefs des unités. Je consacre chaque jour du temps à leur préparation. »

 

PM Marie, adjoint à la cellule N5/N7 du COM Cherbourg

« Après l’Ecole de maistrance, j’ai suivi le cours de BAT DETDEM (détecteur branche détection électromagnétique) avant de rallier le Bâtiment de transport et de soutien (BTS) Bougainville. En 2013, je suis arrivée à Cherbourg, au Soutien logistique marine, en tant que chef d’atelier de réparation de radars. Je suis à la cellule J5 / J7 Planification/retour d’expérience de COMNORD depuis 1 an et J3 AERO par intérim. Je contribue à la réflexion doctrinale liée à la DMT et à la préparation des exercices d’envergure et des opérations sur la façade Manche et mer du Nord. J’assure régulièrement l’intérim du chef de la cellule N5 / N7 lors de ses déplacements et je participe au tour d’astreinte d’adjoints des officiers de permanence. Lors des intérims de la cellule N3 AERO, j’assure la coordination de l’emploi des aéronefs de la façade et la préparation de briefings quotidiens. Cette cellule planifie les activités de défense sur l’ensemble de la façade. Je contribue à la consolidation des échanges en préparation des opérations et exercices interalliés dans le cadre de coopération en Manche. Nous diffusons et exploitons les retours d’expérience. Je tiens à jour quotidiennement l’échéancier de la cellule. Afin de planifier exercices et opérations, je suis en lien permanent avec mes interlocuteurs des administrations interministérielles (préfectures, sous-préfectures, état-major de zone de défense). Enfin, je communique toutes nos productions écrites (principalement les RETEX) à l’ensemble du réseau Défense. »

 

 

À retenir

Les chiffres clés pour la zone du COM cherbourg

Missions des patrouilleurs de service public (PSP) pour 2017 : 

• Défense maritime du territoire : 150 jours de mer.

• Action de l’État en mer : 74 jours de mer.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer